AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

‹ we hurt + we burn + we bloom › — vincent


avatar
Commandant
holà chicas
avatar :
Violet Evergarden
crédits :
© cheshireftw, vincent (merci vous deux ♥︎), vertigo

Messages :
32
Points :
46

Voir le profil de l'utilisateur
Commandant


Mar 20 Fév - 17:29
Message


J
ournée qui s’est attardée, tout semble s’être amassé.
Entrecoupée d’entractes, tantôt pacifiées, tantôt inquiétées. L’ordre du jour n’est pas au repos et les événements récents bien qu’ils soient marquants, te laissent muette. Mais parmi les rouages militaires, aucun états d’âmes ne sauraient ralentir la cadence amorcée, l’organisation millimétrée et tu ne déroges pas à la règle. Esprit suiveur, tu as participé à l’effort de la journée, remplissant tes tâches avec un air préoccupé qui ne su jamais te quitter. Car tu n’aurais su amasser une quelconque quiétée dans les ordres donnés, dans l’enchaînement de cet entraînement qui t’usa sûrement davantage que les soldats.

Après avoir vaqué dans les bureaux, à écouter des plaintes et des requêtes variées, tu t’en es allée parmi les longs couloirs à la recherche d’un phare de tranquillité. Car il y avait quelque chose de pesant, de manquant parmi le bâtiment dont les échos commençaient à user ta patience. Si ton esprit se devait d’être constamment occupé, la moindre pause semblait pourtant te filer des maux, plus résistant qu’une migraine. Car ton pessimisme latent était ta propre gangrène.

Derrière un des bâtiments de la caserne, tu trouves un endroit où choir ton agacement. Penser aux futilités plutôt qu’agir a cette tendance terrible à te rendre égoïste, à te centrer sur ton noyau. Dans l’angle du bâtiment, tu défais les premiers boutons du col de ton uniforme, rendant le tissus sur ton poitrail froissé, défaisant l’image rigide et repassée. Cigarette entre les lèvres, tu ranges une mèche derrière ton oreille, fronçant les sourcils tout en fouillant tes poches. Ton regard s’arrête sur une silhouette se voulant plus discrète — ou peut-être ne l’avais-tu pas remarquée avec ta tendance à porter des œillères —.

Accroupie à refaire un lacet pas assez serré, ton regard remonte curieusement. Si ta première réaction manque d’affection de par ton sourcil haussé avec interrogation, tu finis par laisser échapper avec calme l’effet de surprise. « Ah! » Tu te relèves immédiatement, ton éducation militaire primant sur tes réflexes. Dos droit et main vissée sur ton front tu salues le Chancelier sans chanceler. « Généralissime. » Seul le surnom donné et le léger sourire accompagné viennent froisser la présentation solennelle car les années passées à ses côtés n’ont su être balayées par le poids de son rôle omniscient.

Le geste terminé, ton corps se détend, ton visage tantôt inquiété à la quiétude retrouvée face à ce visage familier, possède à nouveau cet air bienveillant aux accents taquins. « Il me semblait bien avoir entendu quelques bruits de couloirs pestant sur le fait que la paperasse n’avance pas. » Yeux mi-clos, tu t’avances sur le ton de la plaisanterie, celle-ci toujours calibrée par ton côté pudique à la mesure métrique. Dans ta retenue habituelle, tu souris pourtant généreusement, comme si la familiarité des traits te procurait un instant de paix mérité. Car ceux-ci se sont raréfiés dernièrement, dû à la guerre, aux pertes. L’on voit tout les jours de nouvelles têtes, le paysage changeant constamment autour de vous.

Alors parmi le rayonnement de l’effort de guerre, tu aimais retrouver des silhouettes reconnaissables, ravissant ton œil et faisant taire tes élucubrations négatives. Car que l’on apprécie ou non les gens, retrouver un air familier parmi la panique était un moment de vulnérabilité si plaisant que tu aurais pu le considérer grisant. « Je me disais bien en passant près de tes bureaux qu’il manquait quelque chose. Une odeur de tabac froid. » Considérée habituellement — et non à tort — désagréable, la senteur faisait pour toi parti des lieux, marquant les absences, les allers-et-venus. Marqueur d’une présence.

« Comment vas-tu? » Car si Vincent ne semblait ne jamais vaciller, tu aimais sonder la plus maigre des incertitudes qu’il semblait posséder, sans pour autant ne jamais les montrer. Il n’y avait pas besoin de réponses concrètes ou de semblant de confessions, pas de ça entre vous. Le simple fait de demander marquait déjà en soit un intérêt désintéressé, poncé par les années. « Je vais être honnête, je t’ai vu avec un pire teint. » Tu souris, cigarette à la main, démontrant cette capacité si particulière que tu as à te préoccuper des petits riens.

HRP — Désolé, je coderais quelque chose de potable plus tard. ♥️



Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» It doesn't hurt me - Maaron
» Hurt
» Will you come find me if I crash and burn? — Siobhán
» Louys - A fire needs a space to burn
» Hurt me tender, hurt me true ▲ Azores Lullaillaco

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Alkar :: Lashkala :: Vénéris :: Quartier Général de l'Armée-
Sauter vers: