AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Dans la résistance gît le plaisir. ★ Ariel


avatar
Lashkala
Howl
avatar :
Howl - Le château ambulant
crédits :
Artiste inconnu

Messages :
13
Points :
29

Voir le profil de l'utilisateur
Lashkala


Lun 19 Fév - 20:10
Message
ARIEL FAUST
Ce n’est pas de la lâcheté que de sauver sa peau, ça relève même de l’intelligence.
dissimulation : 3/10
arme blanche : 4/10
explosifs : 4/10
eloquence : 7/10
séduction  : 7/10
stratégie  : 5/10
FT
Howl - Le château ambulant
nom
Faust
prénom
Ariel
pseudo
Ari
âge
27 ans
sexe
masculin
nationalité & lieu de vie
alkar, Lashkala
origines
alkar, Konigreich

sexualité
pansexuel
situation maritale
célibataire
situation financière
désargenté

groupe
civils
rôle
sans
rang
4
métier
escroc
alchimie
sans

signe(s) distinctif(s)
sans

que pense ton personnage de l'ancien gouvernement et des soulèvements ?
Ariel répugnait au plus haut point l’ancien gouvernement. Bien qu’il comprenne quel soit le jeu politique impliqué, il a personnellement été traumatisé par les événements induits par la guerre. Il a accueilli chaleureusement la nouvelle du soulèvement (en gardant tout cela pour lui, si ce n’était dans la lignée politique de sa proie du moment.) Il continue malgré lui de garder un oeil sur les évolutions du climat politique.
caractère
Pourceau d’Epicure jusqu’au bout de ses ongles manucurés, Ariel prend ses plus grands airs de poète philosophe pour charmer l’héritière/héritier qu’il prend en chasse. Il a beaucoup trop d’égo pour se nommer lui-même d’escroc (ou de lâche, ou d’hypocrite, ou d’égocentrique…), il préfère se dire qu’il apporte de l’amour à des gens qui en ont besoin. Il se plaît à vivre sous le couvert de ses différentes conquête et aime prouver qu’il en gagne de l’argent. Il aime les jolies choses, au moins aussi jolies que lui. Il aime prendre soin de lui, il aime les plaisirs simples de la vie mais aussi les plus extravagants.
Il reste, évidemment, quelqu’un de très facile à approcher. Ses riches artifices, sa voix portante et ses gestes amples peuvent être un facteur d’intimidation mais il n’en est rien : plus il se fait connaître, plus heureux il est.

Mais s’il on fait l’impasse sur son caractère qui s’apparente assez à celui d’une enfant de quatorze ans, Ariel n’est pas fondamentalement mauvais. Il ne fait rien pour l’être particulièrement, il a simplement apprit l’importance de la vie et de sa préservation. Il se bat pour ça : pour pouvoir vivre la vie dont il a envie, quand il a envie et pour ce faire, il a coupé tout les liens qui le liaient à sa famille et sa vie d’avant. Il est aisé d’imaginer qu’il pourra aller encore plus loin pour conserver cette chance.
facts
Ariel prend un très grand soin de ses cheveux. Au-delà de la simple coquetterie, c’est surtout parce qu’il se les déteint : brun à l’origine, il part en chasse de la moindre racine. • Malgré toutes les évidences, il ne supporte pas qu’on le traite de lâche • Il est passionné d’arts, d’Histoire et de mythologies. Il dispose d’une collection impressionnante dans sa garçonnière qu’il a accumulée sur les frais de ses anciens et actuels amants. • Sa désertion n’est pas anodine : il a été traumatisé par le champs de bataille et continue d’en faire des cauchemars, voire des nuits blanches à certaines périodes puisqu’il n’a jamais cherché à suivre de thérapie par peur de divulguer son identité. • Il s’attache, d’une façon ou d’une autre, aux personnes qu’il arnaque émotionnellement. Ce n’est pas pour autant qu’il ressent du remord. • C’est un fervent défenseur de la cause animale. Bien qu’ayant souvent porté de la fourrure d’élevage à l’époque de Konigreich, il se l’interdit à présent -et c’est bien le seul luxe qu’il se refuse.- • Il a eu la possibilité d’apprendre l’alchimie lors de sa jeunesse à Konigreich. Il n’est cependant jamais allé plus loin que les enseignements théoriques : bien qu’il eût été bon élève il trouvait l’apprentissage trop long et tout le monde savait très bien qu’il n’hésiterait pas à enfreindre les règles pour son profit personnel.
Histoire

« Les âmes basses ne comptent que sur la noblesse des autres. »

Né en 1300, Ariel, alors prénommé Julius, n’a pas eu le temps de connaître autre chose que la guerre. Cette guerre si chère à sa région d’origine : Konigreich.
Il a eu de la chance cependant : il est né dans les honneurs. Sa mère descendait de la famille toponyme. Une femme qui savait marier la douceur d’une mère à la dureté d’un leader. C’est exactement entre ces deux mondes qu’a grandit Julius. Il sera entouré de deux sœurs dont il est l’aîné. Une position de pouvoir qu’il savourera très tôt : petit prince dans son royaume, il fit très tôt savoir sa supériorité à ses petites sœurs qu’il assurait de sa protection contre des brimades et chamailleries dont il sortirait toujours vainqueur, tel le politicien que l’on voyait déjà en lui.
Son enfance, vous l’aurez compris, fut agréable malgré les dissensions politiques qui faisaient rage. on tenait les enfants à l’écart des massacres engendrés par les conflits au sein même de leur région. Pourtant en retrait des affaires familiales, les proches de Julius, et surtout sa mère, devaient accuser le coup des conflits : politiquement, financièrement et bien sûr, personnellement. En grandissant, Julius s’éveilla au monde, à ses faiblesses et à ses horreurs. Une clarté progressive face aux affaires du pays et de sa famille qui lui enleva trop tôt l’innocence qu’il chérissait. Encore garçon, il comprit que son royaume n’était qu’une utopie et que les choses du monde ne sont pas si faciles.

« La guerre arrivée, le diable agrandit son enfer. »

C’est entre ses 14 et 15 ans que Julius comprit l’impact véritable de la guerre : tous les livres d’histoire et les enseignements géopolitiques ne pouvaient être plus convaincants que la pénurie qui s’abattait sur Konigreich. Il contempla la famine, la détresse, les complots. Plus tard, dès ses 16 ans, il suivit le chemin qu’on lui avait choisi et qui, à l’époque, le remplissait de fierté : il rejoint les forces armées de son pays. En temps de guerre, les entraînements ne sont pas les mêmes qu’en temps de paix. On n’a pas les mêmes rapports aux amitiés, à la valeur de la vie, de la famille. Sa période d’aspirant le conditionna physiquement et psychologiquement : il comprit très vite qu’il n’aimait pas les armes à feu mais également qu’une verve accomplie lui vaudrait de ne plus avoir à s’en servir. Il avait toujours été du genre ambitieux mais s’il savait déjà le confort que lui apportait une richesse matérielle, il s’intéressait à présent à un pouvoir plus concret : celui qui lui permettrait de ne pas être jeté en pâture comme ses frères d’armes.
Il vécut ses années d’officier sans grands exploits militaire mais avec une poignée de main ferme qui lui permit de s’illustrer presque mieux que ses camarades. Il aiguisa son esprit stratège et ne recula pas devant un peu d’indiscipline pour faire entendre sa voix. C’était une manière pour lui d’espérer pouvoir s’échapper. Mais rien n’était aussi simple.
Quand il eut 18 ans, le massacre de la famille Lashkala le glaça d’effroi. Honnêtement, il n’avait que faire de cette famille mais il reporta instinctivement l’événement sur les Konigreich : qu’aurait-il fait si c’était à sa famille que l’on s’en était pris ? Le reste, peu lui importait mais qu’en était-il de sa mère, son père et ses soeurs ? Tout son dégoût refoulé pour les choses de la guerre lui revint en pleine figure face à la réalisation que peu importe son nom : il n’était rien, comme tout ceux qui faisaient front avec lui. Ces guerres, quelles que soient les raisons géopolitiques n’avaient aucun sens. Elles ne lui apportaient rien alors pourquoi devrait-il leur faire don de lui-même ? Une étincelle de rébellion venait de naître.
Cette flamme fut entretenue des années durant à coup de visions d’horreurs des tranchées, stratégies sacrificielles et complots injustement démantelés. La rage de Julius faisait écho à celle du peuple d’Alkar qui grondait de plus en plus. Le jeune homme, avant si correct envers les politiques et l’Histoire telle qu’enseignée par ses parents, se prit plusieurs fois à justifier les actes de terrorisme interne qu’il pouvait parfois aider à démanteler.
C’est finalement à 21 ans qu’il prit la décision de tourner le dos à tout ce qu’il avait connu quand, sur le front, il tua celui qu’il était à la faveur d’une manoeuvre risquée.
Il passa quelques mois dans l’ombre, sachant qu’il ne pouvait pas revenir sur ses pas de peur de voir la cour martiale. Il avait organisé, le jour-même de ses funérailles pour s’assurer de l’absence de ses proches, le cambriolage de son domicile pour trouver de quoi vivre encore quelques temps.
Quelques richesses entamées, la rencontre d’un passeur et surtout beaucoup de ses tours de passe-passe et Julius Leonhart disparaissait définitivement pour laisser la place à Ariel Faust.

« La peine a ses plaisirs, le péril a ses charmes. »

Depuis ce jour, Ariel a appris à survivre par lui-même. Sa faible fortune de départ s’est rapidement vue dilapider. Il arpenta pendant longtemps les villes d’Alkar, se frottant rapidement à la mafia Cerbèriathe et se forgeant une seconde vie. Celle-ci ne lui convenait pas mais son instinct de préservation avait repris le dessus. Il se découvrit une débrouillardise dans la malfaisance qu’il ne soupçonnait pas. Ses qualités sociales étaient les meilleures des alliées. Finalement, après quelques mois à se chercher un moyen de vivre par lui-même comme le clandestin qu’il était dans son propre pays, il trouva la solution à tous ses maux et l’accès à la fortune et au confort qui lui manquait : l’amour.
Ses petites escroqueries quotidiennes prirent fin quand il découvrit à quel point des hommes et des femmes en mal d’affection étaient prêts à débourser pour un peu d’amour. En grand prince qu’il est, il se décida à le leur donner, cet amour. Pour lui, ce n’était pas de la prostitution : ses proies ne savaient pas qu’elles nourrissaient l’avidité d’un inconnu qu’elles croyaient connaître. Il charme les plus faibles, devient celui qu’ils veulent avoir près d’eux et se blottit dans le confort qu’on lui offre. Il a même été fiancé quelques fois ! Puis avant que la flamme ne s'essouffle, il se trouve un nouvel amant au compte en banque gras. A son heure de gloire, une vieille dame qu’il avait presque épousée lui offrit la garçonnière de Vénéris dans laquelle il loge encore jusqu’à présent.
Depuis sa nouvelle vie de tourterelle dépendante, il a assisté avec joie au renversement du dernier gouvernement. La situation semblait se stabiliser alors que lui-même profitait du moindre moment de sa vie quand un nouvel assassinat ébranla encore plus le climat politique. Aujourd’hui, contre rien au monde il ne reprendrait les armes pour n’importe lequel de ces pays guerriers.
Je suis une compote (AUX POMMES !) qui vieillit à vue d’oeil. Je voudrais passer le plus possible malgré un emploi du temps chargé et je vous aime.
heybaby

avatar
Lashkala
holà chicas
avatar :
ryo asuka + devilman (crybaby)
crédits :
self

Messages :
18
Points :
32

Voir le profil de l'utilisateur
Lashkala


Lun 19 Fév - 20:39
Message
Bon déjà, tu cites du Molière, alors d'entrée de jeu ton perso me plaît beaucoup.
Puis je lis le reste de ta fiche, et je me prends une claque parce qu'elle est absolument parfaite. Volage et compatissant, et défenseur des animaux, c'est un mélange que j'aime bien dommage qu'il n'aime pas les armes à feu on aurait pu être amis
Bref bienvenue et hâte de te voir inrp. ♥️
colgate

avatar
Konigreich
holà chicas
avatar :
fudô akira + devilman
crédits :
isohaline

Messages :
55
Points :
55

Voir le profil de l'utilisateur
Konigreich


Lun 19 Fév - 21:01
Message
Quel personnage magnifique ! Un escroc c'est toujours bien, un escroc joué avec tant de maîtrise et d'élégance, c'est encore mieux. Isobro a tout dit, c'est absolument parfait.
Bienvenue ! unrequitedlove

avatar
Lashkala
Howl
avatar :
Howl - Le château ambulant
crédits :
Artiste inconnu

Messages :
13
Points :
29

Voir le profil de l'utilisateur
Lashkala


Lun 19 Fév - 21:21
Message
Moh, merci à vous deux ! Vous êtes beaucoup trop choux.
Vivement que nous nous croisions inrp heyyou
❤️

avatar
Votre Dieu
Messages :
118
Points :
720

Voir le profil de l'utilisateur
Votre Dieu


Lun 19 Fév - 22:45
Message
sous l'océan, sous l'océan
on aime l'eau
hell hell hell
Quel beau personnage qu'Arial - déjà le Hauru je l'aime, je l'adore, qu'il m'écrase avec amour please -pardon, je vais rapidement loin avec cet amour. Il est super intéressant, même si je dois te préciser un petit quelque chose sur les déserteurs - il faut vraiment qu'on fasse une FAQ ici.

Les déserteurs de l'ancien gouvernement ne sont plus des cibles pour la cour martiale, effectivement,
ils sont considérés comme des membres des soulèvements - même s'il y a des gens dans l'armée qui ne sont pas d'accord avec ça - cependant, les déserteurs sous le nouveau gouvernement, eux, sont condamnables pour trahison. C'était la petite précision, car ça peut te servir si tu désires des liens avec des membres de l'armée.

Alors, déjà j'aime beaucoup ta plume, elle est fluide et facile à lire, c'était très agréable à lire. Ensuite,
Ariel, sa vision de la guerre, de l'escroquerie, du monde et de sa famille est belle. J'ai beaucoup aimé ce crescendo dans ses émotions au fil de l'histoire, c'était palpitant de suivre son évolution dans un monde qui est gangrené par une guerre interminable. Et puis les facts étaient assez marrantes, j'aime beaucoup ce genre de fiche vraiment.

Et puis, ça fait plaisir de voir un personnage qui n'était qu'un simple soldat, sans trop de mérite, c'est nouveau et j'aime bien cette idée.

En bref, c'est avec joie que je te valide, que je te souhaite la bienvenue sur Acclamatis aussi !
hughesfdj  hughesfdj  
colgate

félicitations
Avant toute chose, n'oublie pas d'aller recenser ton avatar, ainsi que ton alchimie au besoin. Tu seras ensuite libre de créer des liens avec les autres, de même que faire une demande de rp.

avatar
Lashkala
Howl
avatar :
Howl - Le château ambulant
crédits :
Artiste inconnu

Messages :
13
Points :
29

Voir le profil de l'utilisateur
Lashkala


Mar 20 Fév - 8:15
Message
Citation :
Quel beau personnage qu'Arial
Et tellement sans-serif en plus !

Merci beaucoup ! Vous êtes beaucoup trop mignons ici c'est pas vrai !

Concernant la petite précision, je te remercie de l'avoir faite et je pense que ce n'est pas dramatique pour le personnage : même s'il pourrait dire "AHAH ! Je faisais semblant de dire que j'étais mort !" C'est plus pour sa famille que pour l'Etat que c'est compliqué : eux ne le pardonneraient pas d'avoir reculé devant le champ de bataille donc il ne pourrait pas retourner vers eux. Ça donne un petit côté c'est bien, il est content, mais au final il était pas obligé de le faire et maintenant il verra plus jamais la mifa. Le drama est présent.

sexydance

Contenu sponsorisé


Message
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» contre et dans la tempète... Que de plaisir... [PV Drake et libre ]
» Derek de Saxe,« En amour comme à la chasse, le vrai plaisir est de braconner. »
» Axel caniche de 10 ans - SPA PLAISIR (78)
» « Il y a un certain plaisir à ne pas faire les choses dans les règles » Lou
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: transmutation (humaine) :: nascence :: fiches validées-
Sauter vers: