AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Le calme avant la tempête + isohaline


avatar
Lashkala
holà chicas
avatar :
ryo asuka + devilman (crybaby)
crédits :
self

Messages :
18
Points :
32

Voir le profil de l'utilisateur
Lashkala


Lun 19 Fév - 19:40
Message

isohaline

gificon

ryo asuka + devilman
nom d'adoption : Martin Kaiser, fin de vingtaine, originaire de Königreich, résident à Lashkala (il en repartira), alkarien (des rumeurs infondées sur des origines ultra-marines), aucune attirance sexuelle ou romantique, vendeur d'huiles essentielles + (ancien ?) mercenaire, revenus confortables, aucun don pour l'alchimie.

que pense ton personnage de l'ancien gouvernement et des soulèvements ? étrangement favorable à l'ancien gouvernement, même s'il ne pourrait dire avec certitude que celui-ci a fait de bien pour le pays, tout au plus lui reconnaît-il d'avoir préféré porter la guerre à l'extérieur plutôt qu'à l'intérieur, quand bien même ça a causé sa chute. les révoltes, les massacres, les complots malfaisants, isohaline ne les aime pas beaucoup, il préfère les coups d'État sans effusion de sang, les passations de pouvoir propres et sans victimes. les alchimistes non plus n'ont pas la préférence d'isohaline, il se méfie d'eux.

a line on a map of the ocean connecting all points of equal salinity.
Des traits de porcelaine forment un visage juvénile, dominé par deux perles bleues, où toute la palette des émotions humaines vient s’y perdre pour l’infinité de quelques secondes. Isohaline paraît faible, presque fragile, malgré les épais sourcils qui se plissent et se soulèvent au rythme de ses sombres pensées, à cause de cette expressivité extraordinaire qui semble le transcender. Ordinairement et profondément blasé, isohaline a pourtant bien du mal à retenir ces flots émotifs que l’intérêt, la joie ou la colère en traitres éveillent parfois en lui. L’évidence de son caractère est telle qu’on ne l’imagine pas vraiment mentir. Il le dit bien lui-même, seuls les comploteurs ont besoin de secrets, chez l’honnête homme, c’est un défaut. Et ce que l’on perçoit de lui ne donne pas l’image d’un jeune homme très sympathique.
Isohaline a la profondeur de l’océan : les petites ridules de surface ne sauraient suffire à croquer sa personnalité dans son intégralité. Sa superficialité, isohaline l’apprécie pourtant, au point de la revendiquer : il ne fait pas beaucoup d’efforts pour se cacher, et c’est dans cette apparente transparence qu’isohaline se fabrique la carapace la plus épaisse, que seul un amour sincère peut percer. Mais c’est dans la distance qu’isohaline place instinctivement entre lui et le monde que l’on trouverait la plus grande honnêteté. Distance ironique, probablement, qui passe par les plus grandes nuances, de la simple méconnaissance au mépris le plus complet. Plus vraisemblablement, une tentative de se protéger.
Et tout comme l’océan, isohaline est salé. Isohaline n’aime pas grand monde, isohaline n’aime pas grand-chose, et le monde entier semble pour lui dénué de tout intérêt. Malgré son air fréquemment sceptique, isohaline ne peut être taxé de pessimisme, car il conserve encore un peu d’espoir pour l’avenir. Si vous ne comprenez pas, c’est que vous n’avez pas assez réfléchi, rappelle sans cesse isohaline d’un air désagréablement supérieur, en particulier lorsqu’il a l’impression que la communication devient difficile. Souvent, la patience et la compassion lui manquent, et pourtant, on ne saurait le décrire comme un être fondamentalement impatient ou insensible. Sans doute est-il un peu trop franc, trop rapide à déchiffrer les émotions des autres, qu’il manipule avec beaucoup de maladresse, mais cela ne suffit pas à faire de lui quelqu’un de consciemment méchant. Mais s’il ne ressent pas une forme d’attachement, isohaline manque probablement d’un peu d’empathie, un peu trop concentré sur sa propre personne et sur sa petite famille pour tenter d’adopter un point de vue différent de celui qu’il possède sur le monde.
Isohaline a un frère, et si vous ignorez ce fait, vous n’aurez qu’un aperçu tronqué de sa personnalité. Isohaline ne parle que très peu de Tempête, dont il n’évoque jamais le nom ; ce quasi-silence s’explique moins par la honte ou le ressentiment (réel) à l’idée de le voir à l’autre bout de la planète que par l’instinct démesurément protecteur qui le pousse à cacher son existence, à tout prix. Quelques soupçons d’amertume viennent parfois se glisser entre eux, comme d’infimes grains de poussière qui peu à peu grippent la machinerie : le sentiment d’abandon, à chaque fois que Tempête le quitte une fois de plus pour vivre ses aventures loin de lui, principalement. Mais jamais isohaline ne laisserait une quelconque animosité se déclarer entre eux pour de si futiles motifs. Il va de soi qu’il donnerait sa vie pour Tempête, et que Tempête en ferait tout autant pour lui. Cette seconde éventualité l’effraie davantage que la première et le pousse à s’exposer pour laisser dans l’ombre ce frère adoré. Aussi dira-t-il de lui c’est un explorateur, il n’est pas souvent là pour ne pas avoir à répondre à d’autres questions plus indiscrètes, alors qu’isohaline se montre généralement plutôt prolixe quant à son propre passé. Mais il est évident qu’il ne fait que sélectionner les informations qu’il veut bien donner aux autres. Tempête, il le protègera jusqu’à son dernier souffle, parce que durant les premières années de leur vie, ils ont toujours été ensemble, mais aussi parce qu’isohaline sait être un peu plus âgé que lui, de quelques mois tout au plus, ce qui lui suffit pour le convaincre qu’il doit tout sacrifier pour lui. D’aucuns le qualifieraient d’aveugle, d’autres de passionné, mais cet attachement qu’isohaline a pour son frère, il le manifeste pour tous les membres de sa famille adoptive.
Cette force dont isohaline peut faire preuve pour ceux qu’il aime est puissante, et jamais il n’accomplit de si belles choses que lorsqu’il agit pour quelqu’un d’autre. Au fond de lui, isohaline a besoin de s’attacher aux autres, de se battre pour arracher leur bonheur à des présents parfois sinistres et des passés souvent malheureux, quitte à se perdre lui-même pour ceux qu’il a choisi d’aimer. On s’en doute bien, rares sont ceux qui ne serait-ce se rapprochent de cet idéal-là, mais bien souvent, isohaline dispense de petites preuves d’attention à ceux qui l’entourent – pour peu qu’ils soient eux-mêmes suffisamment attentifs pour les remarquer. Des sourires sincères qui s’échappent de son cœur pour se porter eux-mêmes sur sa bouche, un petit service anodin rendu sans aucune contrepartie, parfois même des mots plus doux que ceux qu’il prononce d’ordinaire. Car si isohaline est égoïste, il l’est aussi pour ceux qu’il aime et se montrera pour eux le plus aimable des amis.
À en croire Tempête, isohaline serait le plus dangereux des deux frères, mais également le plus imprévisible, et de fait le plus facile à sous-estimer. Isohaline n’est pas le monolithe que son calme apparent laisse voir, loin de là. Il est vrai qu’il sait se poser, et qu’il peut rester dans le même coin pendant des années, mais cette apparente stabilité ne saurait anéantir tout à fait le bouillonnement intensif qui se cache en lui. Les émotions qui jaillissent brusquement en sont d’ailleurs la plus forte intuition : isohaline a parfois besoin de s’exprimer, comme toute personne un peu trop introvertie, et ce brusque jaillissement est parfois ravageur. Au fond, il est aussi instable que le tumultueux Tempête – il l’est simplement à un rythme bien moins abrupt. Isohaline n’aime pas ce qui est immuable et se méfie des engagements et des promesses, car il sait que par essence, ils ne sont pas faits pour durer. La valeur marchande d’un contrat le rassure davantage, à condition que les clauses ne soient pas trop restrictives. Isohaline a besoin de sa liberté de mouvements, pour se prémunir des griffes acérées que la destinée pourrait à tout moment refermer sur lui. Il ne sait pas exactement quels dangers particuliers le guettent, mais il préfère les prévenir.
Mais plus encore que ce caractère plus changeant qu’il n’y paraît, le véritable danger vient de l’amour flamboyant qu’isohaline porte aux armes à feu. L’aisance avec laquelle il les manipule témoigne de l’ancienneté de son entraînement – à tel point que son frère l’appelle volontiers le dieu de la mitraillette, appellation qui fait toujours sourire isohaline pour qui il ne s’agit pas de l’arme de prédilection. Il aime davantage les armes de poing, même s’il est à peu près capable de se débrouiller avec tout ce qui lui tombe sous la main. Isohaline pense être l’un des meilleurs tireurs au monde, et pour le moment, il n’a trouvé personne pour le détromper. Mais l’idée de rencontrer un adversaire plus fort, qui serait un véritable virtuose, le séduit énormément, et il accepterait probablement avec plaisir de perdre si cette personne manifestait un amour plus grand encore que le sien pour les armes à feu. Cette rencontre est pour le moment compromise : depuis le dernier coup d’État, isohaline n’a plus touché à la gâchette, mais il pense ne pas avoir trop perdu depuis.
La violence n’est pourtant pas du goût d’isohaline, qui rejette les bains de sang et les massacres inutiles. Il ne saurait pourtant prétendre qu’elle est totalement inutile. Dans sa prime jeunesse, il lui est arrivé de se faire payer pour tirer quelques balles, principalement sur des alchimistes. Ce jeu est assurément dangereux, mais isohaline a développé une rancœur certaines pour ceux qui maîtrisent l’alchimie. Certains diront qu’il ne s’agit de là que jalousie, puisque lui-même n’a jamais développé un tel don, mais isohaline se justifie en disant ils sont égoïstes, comme si une affirmation aussi simple pouvait régler définitivement la question. Il ne les déteste pas forcément en tant que personne, mais a assurément beaucoup de mal avec leur magie. Parfois, il faut tirer là où ça fait mal ajoute isohaline en souriant à pleines dents. Ses critères et ses méthodes sont plutôt inconnues, car le jeune homme préfère rester discret sur ses anciennes activités, en particulier depuis que l’armée est au pouvoir. Mais ce n’est que partie remise.
Évidemment, tout cela est derrière isohaline, tout comme le nom de Martin dont il ne se sert presque plus. Aujourd’hui, il se contente de vendre des huiles essentielles, en attendant des jours meilleurs. Mais un jour, il aura l’occasion de porter un coup décisif aux alchimistes.
Ne porte que des couleurs claires, avec une préférence pour le blanc + mal à l’aise en présence des enfants, il rêve pourtant d’écrire un livre de contes sur les cerbères et les homonculus + refuse de faire des promesses, mais a pourtant passé un pacte de protection mutuelle avec Tempête + aime les armes à feu presque autant que son frère + l’ordre et l’harmonie font partie des valeurs qu’il apprécie le plus + n’est pas tactile, sauf avec les personnes qu’il aime + particulièrement possessif avec Tempête, dont ses opinions l’influencent plus qu’il ne veut bien l’avouer + déteste les personnes qui maltraitent les animaux presque autant que les alchimistes + peut perdre son calme sans le moindre signe avant-coureur, alors même qu’il est pourtant quelqu’un de très expressif + mauvais joueur, il n’aime pas perdre et préfère ne pas participer plutôt que d’avoir à tricher.

rang 4
1. armes à feu - 8/10
2. élevage - 7/10
3. négociation - 5/10
4. défense 4/10
5. stratégie - 3/10
6. dissimulation 3/10
gif1 gif2
À la faveur de la nuit, les derniers cris d’agonie s’étouffaient peu à peu, rendant au domaine obscur toute sa morbide tranquillité. Et au petit matin, alors que le soleil encore froid se levait sur un jour lugubre, isohaline s’était tranquillement arrêté au village et avait demandé asile.
Au lendemain de la révolution qui avait mis à bas le gouvernement, les visages étrangers rencontraient plus de méfiance encore que d’ordinaire, comme on pouvait s’y attendre de la part de personnes brusquement rattrapées par une réalité concrète et terrifiante. Ce n’était pas tant la distance physique, qui n’était pas grande, qui les séparait des grands faits de ce monde, que le quotidien rassurant dans lequel ils étaient plongés et qui venait subitement de leur être ravi. Ces gens-là avaient peur et l’avenir leur apparaissait bien sombre, une fois privés de leurs repères. Un sentiment que partageait probablement isohaline, qui avait tenté de devancer les rumeurs pour s’installer dans ce qui lui semblait être un coin paisible. Il faut croire que cette révolution avait eu un effet sur lui aussi. Il avait abandonné sa dernière carabine.
Voyager en des temps troublés n’était guère recommandé, déménager était plus risqué encore, mais pour isohaline, les désordres étaient un contexte idéal pour commencer une nouvelle vie. Et à ceux qui croyaient que les siens avaient perdus la vie dans la récente confusion, il se faisait un plaisir de les détromper, car la plupart étaient morts depuis longtemps, et il n’avait plus le temps de les regretter. Ce coup de téléphone mystérieux, passé à son arrivée à la petite auberge du village, ressemblait à l’un de ces appels que l’on fait aux personnes lointaines pour s’assurer de leur bonne santé – mais pas un instant isohaline n’avait paru inquiet. Les quelques mots, échangés à voix basse, avaient pourtant calmé isohaline, comme s’ils avaient ôté un doute aussi léger et discret qu’un moustique sur une peau nue. À croire qu’il savait désormais parfaitement ce qu’il faisait.
Le regard qu’il avait porté sur les bêtes en arrivant au village en révélait beaucoup sur isohaline, mais à la faveur de l’aube, personne n’avait pu le capter. Il avait eu une première vie, en quelque sorte, une vie où il vivait dans une famille recomposée où personne n’avait de lien biologique avec les autres, mais où les sentiments familiaux que chacun se portait étaient aussi sincères que les autres. Et dans cette vie-là, il avait élevé des poules. L’idée paraissait saugrenue, en particulier pour ceux qui connaissaient la violence qui animait ses traits angéliques, et pourtant, elle était bien vraie. À l’époque déjà, isohaline partait souvent en voyage, mais à son retour, il passait toujours un moment avec ses poules, il les soignait, s’assurait qu’elles donnaient de bons œufs et de bons petits, et ne se séparait de l’une d’elle qu’à contrecœur, lorsqu’elle était trop vieille ou trop malade pour accomplir son dur labeur. Lorsque son père adoptif était mort, il n’y avait eu plus personne pour s’occuper des poules en son absence, forçant isohaline à abandonner cette activité. Il avait vécu cet abandon comme une déchirure et supputait qu’il ne pourrait jamais retrouver une stabilité comparable à celle qu’il avait connue. Il considérait également ce moment comme celui où il était véritablement devenu adulte, à un âge où pourtant la question ne se pose même plus.
Les animaux étaient bien traités dans le village, et d’expérience, isohaline savait qu’un homme qui traite convenablement ses bêtes en fera de même avec ses semblables. C’était peut-être ce qui l’y avait attiré. Ça, et l’aura paisible, quoique parsemée d’angoisse, que le village dégageait. Il pressentait des années troublées et en cela, il n’avait pas tout à fait tort, car le sang allait encore couler. En compensation, isohaline s’était cherché un havre de paix et en avait trouvé un. Il avait eu du flair, car le village avait été relativement épargné par les troubles intérieurs.
Il n’avait pas pris grand-chose, à peine une petite valise où se tenaient serrés des vêtements d’une blancheur immaculée, et il avait pris la peine de répondre à toutes les questions qu’on avait pu lui poser. Il n’avait pas caché le fait qu’il avait beaucoup voyagé ces dernières années, mais s’était montré très prudent quant à sa véritable occupation. Isohaline ne pouvait pas avouer de but en blanc qu’il avait parfois exercé un métier de mercenaire, et qu’il en avait tiré un joli pactole qui fondait pourtant comme neige au soleil face aux exigences financières démesurées de son frère. Mais il avait laissé entendre qu’il avait eu un passé aventureux. Il avait en revanche fallu plus de temps pour le faire avouer qu’il n’était pas le seul de la fratrie. Lorsqu’il avait fait installer le téléphone chez lui, isohaline avait avoué qu’il comptait pouvoir contacter facilement son frère, dont il n’avait par la suite pratiquement plus parlé. Ce silence était le plus grand mystère auxquels les villageois étaient confrontés, mais l’image qu’ils se faisaient de Tempête était probablement plus romanesque que réaliste.
Était-ce d’avoir perdu ses armes qui avait poussé isohaline à rechercher une vie plus tranquille, ou les avait-il abandonnées parce qu’il n’en avait plus besoin ? Plus jeune, il était fréquent de le voir dans un coin reculé, à cribler de balles une cible de fortune jusqu’à atteindre le centre avec certitude. Isohaline habitait encore chez son père adoptif lorsqu’il avait pris son premier revolver en main, on pouvait donc légitimement dire qu’il avait tiré toute sa vie, et c’était dans la régularité et la rigueur de son entraînement qu’il avait appris cet art. Isohaline n’était ni génie, ni virtuose, juste un jeune homme appliqué qui avait fait des armes à feu sa vie, comme d’autres se consacrent aux femmes, et son application avait fini par payer. Après la mort de son père, lorsque la vie l’avait aspiré dans le tourbillon de sa folie, il s’était raccroché aux armes pour éviter de sentir la morsure de la solitude que la perte causait en lui. S’il avait eu son frère près de lui, sans doute isohaline aurait-il décidé de suivre une voie plus paisible. Toucher quelqu’un avec une balle était plus excitant qu’égratigner le bois d’entraînement, mais voir la vie s’échapper des yeux de la victime présentait également un aspect traumatisant. Difficile de dire quel sentiment dominait exactement en isohaline, lui-même n’ayant pas conscience de l’entremêlement de ses sensations. Il gardait la tête froide, en tout cas, n’acceptant de mettre ses armes aux services d’un autre que contre une somme certaine d’argent, et toujours avec la certitude qu’il portait un coup à l’alchimie.
Les huiles essentielles étaient venues le trouver au cours de ses péripéties, et la croissance de ce marché avait convaincu isohaline qu’il pourrait se reconvertir dans un domaine d’avenir. Les villageois disaient d’ailleurs volontiers d’isohaline qu’il savait repérer les bonnes affaires et qu’il ne ratait jamais une bonne occasion, lorsqu’elle se présentait à lui. Coup de chance, répondait isohaline, qui se montrait plus pragmatique. Il savait l’investissement qu’un tel commerce demandait et s’y était pourtant engagé, convaincu des bienfaits que cette activité pouvait avoir pour lui.

Le téléphone avait sonné, mais isohaline n’était pas là : il était une fois de plus parti sur les routes récolter les huiles essentielles qu’il ne savait pas préparer lui-même mais qu’il revendait à ceux qui n’étaient pas aussi mobiles que lui. La sonnerie ininterrompue avait troublé la nuit, elle retentissait dans le silence comme un tintamarre diabolique, annonciatrice de malheurs plus grands encore que ceux qui jusque là s’étaient abattus sur le pays. Mais les habitants, qui s’étaient rassemblés en se demandant s’il fallait s’introduire dans la maison pour débrancher le téléphone, ignoraient encore qu’isohaline en serait la seule victime.
isobro, pur esprit, vit de violence et d'ironie pour pouvoir mieux faire fleurir l'amour et l'harmonie. (faites attention à vos rotules quand même)

avatar
Konigreich
holà chicas
avatar :
fudô akira + devilman
crédits :
isohaline

Messages :
55
Points :
55

Voir le profil de l'utilisateur
Konigreich


Lun 19 Fév - 19:41
Message
BRO C'EST BG COMME TOI JE MEURS EN PLUS C'EST SI BIEN ÉCRIT
(ton irl tho mdr)

avatar
Votre Dieu
Messages :
118
Points :
720

Voir le profil de l'utilisateur
Votre Dieu


Lun 19 Fév - 21:30
Message
lysopaïne
maux de gorge
hell  hell  hell
Ah ! Depuis le temps que nous attendions cette fiche - et que j'attendais de pouvoir mettre ce titre à ta validation - on ne peut qu'être satisfait de sa qualité. Parce que oui, Isohaline est wow, on a d o r e.

Déjà, ta plume est magnifique, je sais que je le dis souvent mais ce n'est pas de ma faute si vous êtes tous doués, laissez un peu de talent aux gens lambdas. J'ai passé un très bon moment devant ta fuche,
une tasse de thé à la framboise à la main, à me délecter de tes mots, de ton personnage. Alors, déjà que ton écriture me plait terriblement, je ne peux qu'applaudir pour la beauté du personnage.

Car oui, Isohaline - lysopaïne - il est intéressant, il est aussi fondamentalement humain dans son caractère. Comme je l'avais dis sur la fiche de Tempête, la relation qu'ils ont est réellement douce et touchante. Je soutiens d'ailleurs Isohaline dans son amour pour les animaux.  hughesfdj d'ailleurs, vu le mal que les alchimistes - pas tous certes, mais beaucoup - faisaient aux animaux, raison de plus de les détester. D'ailleurs, Iso est le premier personnage à ne pas réfuter l'ancien gouvernement, ça change,
et je trouve sa façon de voir les choses pas mal, dans le sens où le sang a été pour renverser le gouvernement.

En clair, Iso est génial et c'est avec joie que je te souhaite la bienvenue sur Acclamatis, je te valide !
hughesfdj hughesfdj
colgate

félicitations
Avant toute chose, n'oublie pas d'aller recenser ton avatar, ainsi que ton alchimie au besoin. Tu seras ensuite libre de créer des liens avec les autres, de même que faire une demande de rp.

avatar
Lashkala
holà chicas
avatar :
ryo asuka + devilman (crybaby)
crédits :
self

Messages :
18
Points :
32

Voir le profil de l'utilisateur
Lashkala


Lun 19 Fév - 21:45
Message
Merci pour ces petits mots doux sur ma fiche qui me font très plaisir. hell à part le lysopaïne, argh, je ne suis pas une pastille pour la gorge Et quelle rapidité de validation, je n'en reviens pas. ♥️
Et ce pauvre ancien gouvernement avait bien besoin d'un petit peu de soutien.

(et bisous sur toi bro ofc ♥️)

Contenu sponsorisé


Message
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le calme avant la tempête [Intrigue 8]
» Le calme avant la tempête
» Le calme avant la tempête ?
» Le calme avant la tempête [Intrigue 8]
» Le calme avant la tempête ft Daisy [Base "secrète" du SHIELD]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: transmutation (humaine) :: nascence :: fiches validées-
Sauter vers: