AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Roxanne - Délicieuse et douce....Sale petite peste.


avatar
Membre
holà chicas
avatar :
Female Prussia
crédits :
hetaliagraphics.livejournal.com / penguin factory

Messages :
6
Points :
10

Voir le profil de l'utilisateur
Membre


Dim 11 Fév - 22:57
Message
ROXANNE
take it out on me
Alchimie : 9/10
Dextérité : 8/10
Dissimulation : 6/10
Arme blanche (rapière) : 7/10
Séduction  : 9/10
Agilité : 7/10
FT
Prussia (female) - Hetalia
nom
Oublié. Ou peut-être juste abandonné, qui sait ?
prénom
Roxanne. Avec deux "n".
pseudo
écrire ici
âge
27 ans
sexe
N'est-elle pas trop féminine pour être un homme ?
nationalité & lieu de vie
Alkar
origines
Elle ne les connait pas

sexualité
Jusqu'ici elle n'a été attirée que par les hommes. Affaire à suivre...
situation maritale
Célibataire, dévouée à l'armée
situation financière
Anciennement pauvre, elle a de quoi vivre dignement pour le moment.

groupe
 Alchimiste
rôle
Chien de l'armée, arme sous les ordres directs d'un militaire qui a eu pitié d'elle, elle n'est rien de plus qu'un des maillons du plus bas de la hiérarchie militaire -peut-être même encore au dessous, d'ailleurs.
rang
5
métier
//
alchimie
Alchimie de glace. Elle possède une rapière sur laquelle elle a décidé de graver un cercle de transmutation, sur le manche. Elle se sert rarement de son alchimie sans cette arme.

signe(s) distinctif(s)
Albinos, ses yeux ont la couleur du sang et ses cheveux celle de la neige. Elle est couverte de cicatrices.

que pense ton personnage de l'ancien gouvernement et des soulèvements ?
Elle ne sepermet pas d'avoir un avis. Elle se contente de suivre les ordres, et voilà tout.
caractère
Sa loyauté est ce qui le défini le plus.  Vous pourriez lui confier votre vie, elle donnerait la sienne pour la sauver. Elle a connu trop de trahisons dans sa vie pour savoir qu’elle ne veut pas être comme ceux qui ont brisé sa confiance en un millier de petits morceaux. Malheureusement, cela fait également d’elle quelqu’un qui a du mal à accorder sa confiance aux autres, car elle a ce sentiment de toujours faire confiance aux mauvaises personnes. Il est difficile de passer au travers de sa carapace. Elle sait apprécier les gens, elle sait les aimer, mais elle le fait généralement de loin. Elle ne laisse pas les autres s’approcher parce qu’elle se refuse à leur laisser la chance de la blesser comme elle a été blessée par le passé. Elle est bien différente dans sa façon de se comporter lorsqu’elle travaille pour l’armée et lorsqu’elle se trouve dans un contexte qui s’en éloigne.
Sa carapace prend alors une forme toute autre que celle de la loyauté sans bornes et sans failles. C’est une femme qui a un sale caractère, et on peut d’ailleurs souvent constater que si elle ne vous balance pas trois insultes dans la même phrase, c’est qu’elle vous apprécie un minimum. C’est une sale peste aux premiers abords. Mais elle se comporte ainsi uniquement pour éloigner les gens, pour qu’ils ne veuillent pas s’attacher à elle. C’est différent lorsqu’on la connait bien. Elle sait être plus tendre, plus douce, bien qu’elle reste maladroite dans ses relations avec les autres. Sans doute parce qu’elle n’a jamais eu de relations véritablement normale ou saine.
facts
Elle n'aime pas les tomates.
Histoire
Le ventre qui gonfle n’empli pas la femme de joie, comme cela devrait être le cas. Chaque matin des jours durant elle se contemple dans un miroir de moins en moins flatteurs. Chaque matin elle se sent un peu moins bien, elle sent arriver de plus en plus souvent ces nausées qui n’augurent rien de bon. Lorsque la certitude lui tord le ventre de remords, de regrets, elle se décide à aller frapper à la porte d’un homme, de l’homme. Du paternel. Elle ignorait ce qu’elle espérait alors. Elle ne vivait pas une magnifique romance avec cet homme, loin de là. Ils ne se voyaient que quelques fois, occasionnellement. Mais, l’idée de concevoir un enfant hors mariage l’effrayait. La vie qu’elle mènerait par la suite l’effrayait. Alors, elle était allée frapper à sa porte, bien que l’idée d’une vie à deux avec lui ne l’enchante guère. Des deux possibilités d’avenirs qui s’ouvraient à elle, elle s’était orientée vers la moins désagréable. Mais le destin est parfois joueur, parfois cruel. Cette solution s’est refermée à elle, telle la porte qui lui est claquée au nez alors. L’homme n’a pas prononcé un mot, mais sa réponse est pourtant sans équivoque. La femme est seule pour faire face à cette situation. Elle pose une main hésitante sur son ventre. Ils sont deux, et pourtant elle est seule, si seule.

Chez certains, la fibre maternelle ne se manifeste qu’après l’apparition de l’enfant au sein de la famille. Chez cette jeune femme sans prétentions, cette fibre ne s’est jamais réellement manifestée. Des semaines durant, elle n’a eu de cesse de contempler son petit bébé dans l’espoir que, peut-être, elle finirait par l’aimer, par le chérir davantage que sa propre vie, comme le font habituellement les mères. Puis, la vérité l’a frappée comme une révélation. Elle n’était pas une mère. Cet enfant, elle n’a voulait pas. Elle ne l’avait jamais voulu. Elle avait simplement été imprudente, un soir. Et cela ne l’enchainait à aucun engagement, de quel sorte qu’il soit. Et, le comprendre l’avait libérée d’un poids énorme. Pour la première fois depuis son accouchement, elle s’endormie en souriant, ce soir-là.

Les semaines qui suivirent, elle eut le cœur plus léger. Elle commença peu à peu à retrouver sa joie de vivre, tout en se renseignant. Elle savait que ce marché bien particulier existait –certains en parlaient même avec effroi. Il était difficile, en revanche, de faire ce genre d’affaires sans se faire remarquer. Cela pris du temps, mais elle arriva enfin à ses fins quelques mois plus tard. Elle fut ravie d’apprendre que plus ils étaient jeunes, plus ils pouvaient rapporter gros. C’est ainsi contre une belle bourse bien garnie qu’elle laissa un enfant sans nom aux soins d’une parfaite inconnue. Et ainsi était-il sorti de sa vie.

***

L’innocence lui permet de courir, de rire aux éclats dans une petite auberge sans prétention. Elle joue, elle s’amuse. Elle mène une enfance normale dans un foyer qu’elle sait ne pas être le sien. Et cela lui convient. Elle n’a jamais connu ses parents, et a fini par se faire entrer dans le crane la première règle d’or de l’auberge : on ne pose pas de questions. Elle n’est pas seule, et c’est tout ce qui importe. Avec elle, d’autres jeunes filles d’environ son âge s’amusent avec elle. Parfois, de nouvelles viennent s’ajouter au petit groupe. Aimée –tel est le prénom de la tenancière du lieu- recueille des orphelines, c’est ce qu’elle lui a expliqué lorsqu’elle fut en âge de comprendre.  Lorsqu’elles sont seules et sans famille, comme elle, elles sont recueillies par Aimée. Et, alors, elles se découvrent une nouvelle famille. Aucune des filles d’ici n’est liée par le sang, mais elles forment une sorte de grande famille, à leur manière. C’est ainsi que la petite voit les choses de son regard innocent, ignorant.

« Roxanne ! » Elle se fige sur l’instant. Elle ignore que ce nom, c’est Aimée et non sa mère qui le lui a donné. Elle ignore qu’elle n’avait pas de nom durant les premiers mois de son existence, tant elle n’était pas désirée. Elle l’ignore. Il y a des choses qu’il ne vaut mieux pas révéler. « Oui, Madame. » Répond t-elle comme elle a l’habitude de le faire avant d’entrainer les autres filles à l’extérieur. On ne joue pas à l’intérieur, on ne dérange pas la clientèle. Ce sont également deux règles à respecter au sein de cette famille. Mais elle s’en fiche, et elle s’y plie bien volontiers ; elle a une famille, alors tout lui convient. Du moins, c’est ainsi qu’elle voit les choses, avec son regard d’enfant qui ne sait rien, qui ne comprends rien.  

Puis l’enfant devient une jeune femme. Son monde change, évolue. Son caractère se forge dans un tempérament de feu incompatible avec le destin qui lui était réservé. Les jeunes filles de sa tranche d’âge sont toutes réunies dans une pièce pour que l’on puisse leur expliquer comment les choses vont se produire par la suite. Comment elles pourront rembourser leur dette envers celle qui les a accueillies et élevées en travaillant pour elle. Non pas dans cette belle auberge bien tenue, mais dans ce qu’elle cache, dans la maison close qui fait entrer les véritables bénéfices de l’endroit. Roxanne les regarde toutes, l’une après l’autre, accepter leur destin sans broncher, avec un peu de gêne, mais sans jamais élever la voix pour se faire entendre.

Alors, elle le fait.

Elle hurle, scande. Mais aucune des jeunes femmes ne se rebelle avec elle. Elles sont renvoyées dans leur chambre, et laissent non sans honte Roxanne et Aimée dans une conversation plus qu’agitée. Parce qu’à leur yeux, ce destin est bien plus agréable que la rue, et Roxanne le comprends. Elle est incapable de dire combien de temps elle sera restée là, à défendre son point de vue après d’Aimée, avant que cette dernière ne la foute à la porte sans davantage de cérémonie. Elle reste un moment-là, interdite, devant la porte de cette auberge qui n’est plus sa maison à présent. Elle a du mal à le croire, à le réaliser. Mais elle sait que c’est vrai, que sa « famille » vient de la foutre dehors.

Ce qu’elle ne sut pas ce jour-là, ce qu’elle ne sut jamais, c’est qu’Aimée l’avait jetée dehors par amour. Parce qu’elle voulait un plus bel avenir pour Roxanne que cette vie de débauche qu’elle offrait à d’autres.

***

Il serait mensonge de dire que Roxanne était déjà une gamine forte, qu’elle a rebondit rapidement après cet incident. Elle n’a pas rebondit. Si son instinct de survie ne c’était pas manifesté, elle se serait peut-être même laissée mourir. Elle se trouvait sur le moment des endroits à l’abri pour passer la nuit, et errait dans les rues le reste du temps. Jusqu’à ce que la faim ce manifeste, tandis qu’elle passait devant quelques étalages de marchands qui n’étaient là que pour gagner leur croute. C’est comme ça qu’elle a commencé à voler, pour survivre. Du pain, des fruits, une bourse. Elle se fichait pas mal de ce qu’elle pouvait bien dérober tant que cela puisse faire taire ce ventre qui réclamait bruyamment et douloureusement un peu de nourriture.  Comme elle le pouvait, elle survivait. Même si elle n’y voyait là aucun but, aucune ambition. Elle ne se voyait alors aucun avenir. Et les choses auraient pu rester ainsi jusqu'à ce qu’elle soit retrouvée morte, un matin, dans une ruelle quelconque, tuée par un marchand en colère ou un ivrogne du coin. Cette idée en tête, elle déroba une petite dague à un noble de passage. Juste au cas où.

Puis, un jour, elle a rencontré Luther. Elle vit tout de suite dans ses yeux qu’il était comme elle, vide et brisé. Un gamin des rues qui lui était semblable. Alors, ils sont restés ensembles, parce que cette vie serait sans doute plus simple à vivre, à deux. Ils ne se doutaient alors pas qu’ils étaient le début de quelque chose de beaucoup plus grand. La vie a commencé alors à être un peu plus agréable, un peu plus belle. D’autres se sont joint à eux, jusqu’à ce qu’ils forment finalement un petit groupe organisé. Il s’est joint à eux également. Il y avait quelque chose dans son regard. Il les a guidés, il est devenu un leader dans ce groupe qui devenait assez grand pour avoir besoin d’une organisation, à présent.


C’est un sentiment presque étrange qu’est celui d’appartenir à une famille, pour celui qui n’en a jamais véritablement eu. Malgré le bonheur qui l’avait envahis tandis que le groupe grandissait pour devenir cette famille uni qu’ils étaient tous devenus. Roxanne est redevenue celle qu’elle était à l’époque de son enfance chez Aimée, elle a recommencé à aimer la vie et à être ce soupçon de bonne humeur dont le groupe avait besoin. Elle offrait à ce groupe les éclats de rire dont ils avaient besoin, mais dès lors qu’il s’agissait de tisser des liens un peu plus profonds elle se trouvait toujours en retrait, non sans les contempler d’un regard aimant. Elle les aimait, mais elle était brisée, plus qu’elle ne pouvait l’admettre. Beaucoup trop brisée pour accepter de les laisser entrer dans son cœur ; elle avait déjà trop perdu pour accepter de le vivre encore.

Nathanaël ne semblait alors pas si différent d’elle. Il semblait également tenir à ce petit groupe a sa façon mais, tout comme elle, gardait ses distances lorsque les liens semblaient vouloir se resserrer. Peut-être est-ce cela qui les a rapprochés tous les deux. Elle qui se refusait à aimer de peur de perdre était tombée amoureuse sans même s’en rendre compte. Alors qu’elle passait du temps avec lui juste pour s’éloigner des autres, pensant que le détachement de Nath était ce dont elle avait besoin pour s’en tenir à ses propres résolutions. Elle ne l’a jamais voulu et elle n’a jamais rien fait pour, mais elle est tombée amoureuse pour la première fois de sa vie. Elle ignorait alors tous des relations et de ce que cela impliquait. Peut-être que les choses auraient été plus simples s’il l’avait simplement rejetée lorsqu’elle lui en a parlé. Mais leur histoire a commencé ce jour-là, et cela n’a rendu sa trahison que plus douloureuse.

Peut-être davantage que ce groupe, il était presque devenu tout pour elle. Son cœur se raccrochait encore à Luther comme à un meilleur ami, mais avec Nath tout était différent. Simple, et beau. Il la rendait heureuse, et même si elle n’en avait rien à faire de l’alchimie de prime abord, elle l’avait étudié parce que c’était lui qui lui enseignait. Quel que soit le milieu duquel il venait, il les avait rejoints en ayant déjà étudié cette science, qu’il avait enseignée à Roxanne. Et elle, elle n’était que la parfaite petite élève parce qu’elle aimait ce temps passer avec lui. Ce n’est qu’après, lorsqu’elle a commencé à devenir talentueuse avec  cette alchimie de glace qu’elle a véritablement commencé à aimer cet art. Ce dont elle ne se doutait pas, c’était qu’il faisait d’elle une arme, un fidèle petit soldat.

***

« Tu es prête ? » lui avait-elle demandé avec cette étincelle dans le regard. Elle se contenta de lui répondre par l’affirmative d’un simple signe de la tête. Lorsqu’elle le regardait, en particulier lorsqu’il avait cette petite étincelle dans son regard, elle voyait en lui toute sa prévenance à son égard. A sa manière, il prenait soin d’elle. Du moins c’était ce qu’elle pensait. Roxanne était heureuse et n’avait jamais douté de lui, jusqu’à ce soir-là. L’avait-il prévu depuis le début ? Sans doute. Mais elle ne s’était pas posée de questions. Personne dans le groupe ne l’avait jamais fait, parce que Nath était un leader talentueux et charismatique. Parce que tous ses plans se déroulaient toujours à la perfection, sans accrocs, et qu’ils leurs permettaient de ne pas mourir de faim dans les rues. Alors, comme d’habitude elle ne s’était pas posée de questions. Elle avait dessiné son cercle de transmutation sur la porte d’entrée pour geler la serrure, pour qu’elle puisse aisément être brisée.

C’était ça le plan, généralement. S’introduire dans une maison de bourges pour leur voler un peu d’argent –même pas tout, généralement, juste de quoi se payer à manger pour les jours à venir. Et recommencer lorsque l’argent viendrait à manquer, juste pour vivre, juste pour survivre. Mais ce jour-là tout a commencé à déraper. Roxanne n’arrive à s’en souvenir que par brides. Elle se souvient d’un cri, d’une voix qui lui était familière. Elle se souvient que ces nobles étaient rentrés plus tôt qu’ils ne l’avaient prévus et que l’un d’eux s’en était pris à Luther. Son hurlement hante encore ses nuits. Et le sien avait suivi, parce qu’on s’en était prise à elle également. C’était de la légitime défense, avait-elle tenté de se persuadé lorsqu’elle a vu Nathanaël tuer cette famille. Il protégeait les siens et voilà tout, il me protégeait, c’était à cette idée qu’elle s’était raccrochée, ce soir-là. Ils ont embarqués Luther pour le soigner. Mais Roxanne, indigne meilleure amie qu’elle n’était, n’est pas restée à ses côtés. Elle est restée là un moment, a simplement contempler les cadavres fraichement tués par Nath, laissant sans s’en préoccuper son sang couler de ses blessures, avant qu’il ne vienne la prendre dans ses bras pour la ramener doucement à leur repaire. Les jours suivants, elle est resté au chevet de Luther, n’adressant la parole à personne si ce n’est lui. Evitant Nath du mieux qu’elle le pouvait, malgré les mensonges dont elle essayait vainement de se persuader. Lucide, mais aveuglée par un amour qu’elle n’avait jamais connu auparavant, elle a fini par oublier, par pardonner. Mais son corps, lui, marqué à jamais, n’oublierait et ne pardonnerait jamais.

Tout aurait peut-être pu redevenir comme avant, si cet incident isolé n’était resté que ça. Mais cela avait foncièrement changé quelque chose en Nath et les « accidents » c’étaient multipliés au fil du temps, l’éloignant de plus en plus de Roxanne, qui n’arrivait pourtant pas à se détacher de lui. Aucun des membres du groupe ne le pouvait, d’ailleurs. C’était comme si tous fermaient les yeux pour pouvoir continuer à manger. Ou comme s’ils avaient trop peur pour élever la voix contre lui. Jusqu’au jour où il finit par franchir une ligne invisible, une ligne qui ne lui permettrait jamais de revenir en arrière. Petit à petit, lui comme tout le groupe impliqué, avaient fini par être recherchés par l’armée. Comment avait-elle pu ne pas réaliser que tous ces meurtres faisaient d’eux des criminels ? Comment avait-elle pu rester aveugle jusqu’au jour où, afin de pouvoir s’enfuir, il s’était débarrassé d’un membre même de ce groupe dont il était censé prendre soin ? Cela n’avait pas demandé beaucoup d’efforts. Un couteau planté dans la jambe pour qu’il ne puisse plus s’enfuir, et il l’avait laissé aux mains de l’armée. Roxanne était persuadée que ses sentiments pour lui s’étaient éteins, petit à petit, depuis longtemps. Mais ce n’est que ce jour-là qu’elle put le voir véritablement en face.

Pourtant, elle avait fait comme si de rien n’était. Elle avait posé un regard maternel sur le groupe, qui semblait la supplier du regard de faire quelque chose. Si Nath était en quelque sorte le leader du groupe, il était tout aussi non-officiel que Roxanne était un peu la seconde-en-chef. Et visiblement on comptait sur elle. Pourtant elle n’avait rien fait, enfin, en apparence. Elle avait élaboré ce nouveau plan avec Nath et la veille, lui avait souhaité bonne nuit comme toutes les fois précédentes. Mais ce soir-là, elle avait jeté un dernier regard sur tous ces gens qu’elle avait aimé, et elle était partie. Une fois seule, face à la lune, elle avait laissé ses larmes couler. Parce qu’elle savait alors qu’elle ne les reverrait plus jamais. Mais sa décision était prise et lorsqu’elle n’eut plus de larmes, elle prit tranquillement la route du poste de l’armée le plus proche.

Elle avait été claire dès le départ. Elle pouvait leur servir cet homme qui assassinait des nobles et ne demandait, pour elle, aucune immunité. Elle considérait avoir elle-même sa part de faute à ne jamais l’avoir arrêté et méritait sa sentence autant que lui. Mais ce n’était pas le cas de tous ces enfants égarés qui ne le suivaient que par nécessité et elle les implora de ne pas les accabler pour des crimes qu’ils n’avaient pas commis. Sa plus grande surprise, sans doute, fut qu’ils finirent par accepter. Elle leur dévoila alors tous les détails du plan qu’il mettrait à exécution le lendemain. Et resta volontiers enfermée dans une cellule dans l’attente de cet instant.

***

Elle osa à peine le regarder dans les yeux lorsqu’il se fit arrêter. En lisant toute la haine du monde dans son regard, elle confirma son identité et fût renvoyée en cellule sans montrer la moindre résistance. Elle pensait y moisir, lorsqu’il militaire vint lui rendre visite avec une étrange proposition. Elle accepta, bien entendu, parce qu’elle voulait réparer le mal causé.
Elle ne serait rien. Elle serait simplement à ses ordres, son sous-fifre, son arme. Elle servirait l’armée, elle le servirait lui. Pour réparer le mal causé, bien qu’on ne puisse jamais véritablement réparer tant de souffrance causée. Il avait été clair ; un seul pas de travers et sa liberté ne serait qu’un doux souvenir. Mais elle n’avait pas l’intention de faire un pas de travers. Elle n’avait pas l’intention de désobéir, jamais. Et, avec le temps, petit à petit, une confiance faible, fragile, à commencer à s’instaurer. Jusqu’à grandir, se renforcer, lentement.
Sa rapière fut l’un de ses cadeaux, pour fêter la première année de leur collaboration. Et c’est en la contemplant un soir qu’elle décida d’y faire graver un cercle de transmutation, n’usant alors plus que cette arme pour faire usage de son « art ».

En vrai. Ce gif me fait trop pensé à moi.
vache
Because j'ai vécu au milieu des vaches, et après j'ai bossé un peu chez l'Oréal. #out

avatar
Membre
holà chicas
avatar :
Hakutaku
crédits :
idk

Messages :
18
Points :
17

Voir le profil de l'utilisateur
Membre


Dim 11 Fév - 23:19
Message
J'ai manqué de m'étouffer devant la quasi "perso/irl" jpp
Sinon prussia c'est tellement un bon choix ohlàlà j'ai hâte de voir ce que ça va donner
ET EVIDEMMENT BIENVENNUE
heybaby

avatar
Membre
holà chicas
avatar :
Female Prussia
crédits :
hetaliagraphics.livejournal.com / penguin factory

Messages :
6
Points :
10

Voir le profil de l'utilisateur
Membre


Lun 12 Fév - 21:49
Message
Merci merci, c'est une true story c'est ça le pire.

Huhu merci, j'espère que je serais à la hauteur de tes attentes motherofgod

Hâte de te croiser IRP ohyes

avatar
Commandant
holà chicas
avatar :
Violet Evergarden
crédits :
© cheshireftw, vincent (merci vous deux ♥︎), vertigo

Messages :
32
Points :
46

Voir le profil de l'utilisateur
Commandant


Mar 13 Fév - 20:38
Message
Prussia c'est bae
& ce caractère de feu qu'elle a la demoiselle!
sinon je pleure face à la vdm qu'elle a eu ;;


(best fact soit dit en passant jpp)

avatar
Membre
holà chicas
avatar :
Female Prussia
crédits :
hetaliagraphics.livejournal.com / penguin factory

Messages :
6
Points :
10

Voir le profil de l'utilisateur
Membre


Mar 13 Fév - 23:11
Message
Violette aussi omg jtm ♥

Merci merci ♥️♥️

avatar
Votre Dieu
Messages :
118
Points :
720

Voir le profil de l'utilisateur
Votre Dieu


Mer 14 Fév - 0:08
Message
Bienvenue
petit caramel
Bienvenue sur Acclamatis, malheureusement, nous ne pouvons pas encore valider ta fiche.

Premièrement l'histoire, Roxanne était dans un groupe criminel - qui, nous sommes d'accord, on commit des meurtres -
avant de venir voir l'Armée. Le problème est qu'Alkar est un Etat militaire totalitaire, une dictature et dans ce monde, quelqu'un ayant un passé criminel serait simplement condamné à mort, qu'elle soit coupable ou non. Donc, déjà cela ne passe pas.

Ensuite, étant donné qu'elle semble être au bas de la hiérarchie de l'Armée, il t'est impossible de prendre un personnage de rang 5, qui est tout de même un rang plutôt abusé. Nous allons devoir te demander d'abaisser ses compétences à un rang 4 - si tu gardes le rang d'Alchimiste d'Etat - ou 3, si cela ne te pose pas de problème.

Enfin, il va falloir faire un choix, car il est impossible qu'elle soit dans l'Armée avec un passé criminel. De plus, si tu veux la garder au sein de cet organe, elle devrait avoir un avis plus développé sur l'ancien gouvernement.

Édit : de plus, l’alchimie que tu désires est une alchimie de très haut niveau, alors il faudrait peut-être y réfléchir.

Nous allons devoir te demander de modifier cela, courage à toi !


avatar
Membre
holà chicas
avatar :
Female Prussia
crédits :
hetaliagraphics.livejournal.com / penguin factory

Messages :
6
Points :
10

Voir le profil de l'utilisateur
Membre


Mer 14 Fév - 11:23
Message
Merci pour votre message.
Avant de commencer à modifier, je préfère voir avec vous ce qui irait/n'irait pas. Ca va m'éviter de devoir changer trop souvent.

- Pour la précision, Roxanne n'est pas dans un groupe criminel. C'était à la base un groupe de gamins des rues qui volaient juste de quoi se nourrir pour survivre. Le seul "criminel" du groupe est Nath' et finalement si le groupe reste avec lui, c'est davantage par peur que par convictions. Roxanne l'a vendu à l'armée voilà tout.
Est-ce que ce serait possible dans un autre pays, un pays voisin ? Dans l'idéal, j'aurais aimé que Nath ne soit pas exécuté mais bien emprisonné. J'aimerais en faire un prédéfini qui pourrait s'évader de prison et qui voudrait soit se venger de Roxanne, soit essayer de la récupérer -au libre choix du joueur qui l'aurais pris.

- Pour son rang, dans ce cas, peut-être qu'elle aurait pu finalement passer les test et devenir alchimiste d'état, éventuellement dans ce pays voisin, et être finalement mutée à Alkar ?

- Quel est exactement le problème avec l'alchimie que je désire ?

Merci à vous.

avatar
Votre Dieu
Messages :
118
Points :
720

Voir le profil de l'utilisateur
Votre Dieu


Mer 14 Fév - 12:22
Message
Alkar est un état militaire, ils ne prendraient pas la peine de la garder car pour eux elle aurait sa responsabilité. Les pays voisins sont en guerre avec Alkar, il est dit dans les annexes que ce n’est qu’une trêve. Malheureusement si elle dénonce Nath il sera forcément condamné à mort par l’armée. Pourquoi pas lui faire dénoncer à Cerberiath ? Et plutôt que d'être en prison il serait en fuite ?
Même si elle est alchimiste d’etat, elle devrait plutôt être rang 4, nous avons beaucoup de gros rangs - ce qui est problématique.
Pour l’Alchimie, c’est surtout qu’elle est très rare, on ne voit pas ses recherches et tu n’évoques pas un entraînement vraiment long.

J’espère avoir correctement répondu.

Bonne chance !

Tu peux aussi nous mp en cas de besoin.

avatar
Membre
holà chicas
avatar :
Female Prussia
crédits :
hetaliagraphics.livejournal.com / penguin factory

Messages :
6
Points :
10

Voir le profil de l'utilisateur
Membre


Mer 21 Fév - 20:11
Message
Merci pour les réponses.

J'ai quelques petits soucis IRL qui font que je ne peux pas trop passer ces temps-ci. Ce serait possible d'avoir un délai ? ♥️

avatar
Votre Dieu
Messages :
118
Points :
720

Voir le profil de l'utilisateur
Votre Dieu


Mer 28 Fév - 20:29
Message
Bien sur, tu peux !

Contenu sponsorisé


Message
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (F/libre) Ariana Grande - Une petite peste
» Eskarina Helival, petite peste et Dessinatrice précoce
» Une petite peste comme on les aime ~
» ROXANNE petite caniche parfaite 9 ans CCDM (30) ADOPTEE
» Petite fleur brisée...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: transmutation (humaine) :: nascence-
Sauter vers: