AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

La(r)mes de vérité. • Veasna


avatar
Lashkala
Mignons petits oisillons ♥
avatar :
Fem!France - APH
crédits :
@Baghera

Messages :
28
Points :
65

Voir le profil de l'utilisateur
Lashkala


Mar 3 Avr - 14:34
Message
Bien qu’en tant que gérante et propriétaire de la Fleur Blanche j’ai souvent un emploi du temps des plus chargé, il m’arrive de m’accorder des jours de repos. Lors de ces occasions, je laisse bien volontiers le commandement de mes filles à mon assistante, en qui j’ai la plus grande des confiances. Mais bien entendu, ce genre de choses est extrêmement rare. Je ne quitte pas mon office à la première folie, bien au contraire. Aujourd’hui était cependant un jour très spécial. Kerid allait fêter son anniversaire et je me devais de rendre ce jour inoubliable !

Ma mère n’avait jamais eu ces élans envers moi et je pense l’avoir regretté, au moins un peu. Ne parlons pas de mon oncle et de sa femme, qui était encore pires à ce propos – je frissonne rien que d’y repenser. En réalité, la première à avoir réellement organisé quelque chose pour mon anniversaire fut ma précédeceure à la tête de la maison close. Ce jour-là, perdue entre deux eaux, j’ai compris quelque chose d’immuable : Les anniversaires sont quelque chose de magnifique. D'autant plus lorsque partagé avec des gens que l'on aime, comme ce fut le cas pour moi auprès de mon époux pour les années qui suivirent - et encore énormément à venir je l'espère! Je ferais tout pour que mon fille puisse goûter elle aussi à la joie de ces évènements éphémère mais ô combien essentiels. Elle est encore jeune, elle a le droit à ce genre de petit plaisir.

Je souris alors que je m’occupe de battre la pâte dans le grand saladier en face de moi. J’ai décidé de tout faire maison, cette année ! Une lubie qui me prit, comme ça, sans que je ne sache vraiment pourquoi. Peut-être que c’est le fait de me savoir de nouveau enceinte depuis quelques jours qui me fait cet effet, je ne sais pas ! Quoi qu’il en soit, le sourire qui ourle mes lèvres ne semble pas vouloir disparaitre. Je me baigne allégrement dans les rayons du soleil qui filtre à travers la vitre de la fenêtre de la cuisine. « Chéri ? A ton avis, à quoi est-ce que je fais le nappage pour Kerid ? » Mon mari sera, comme à son habitude, un précieux soutien pour moi, je le sais. Rien ne pourrait nous séparer.

avatar
Commandant
Veasna S. Samnang
avatar :
Rider • Faite/Zero
crédits :
Baghera

Messages :
13
Points :
26

Voir le profil de l'utilisateur
Commandant


Dim 8 Avr - 2:52
Message
You know it's about you —————
Il y a des jours ou on sait qu’on a fait une connerie. On le sait parce qu’au moment même ou on a ouvert les yeux le matin, la journée à été gâchée. Parce qu’au moment ou la bêtise est faite, on se dit que tout ira bien, que ça nous apaisera, qu’on sera mieux après. Mais non, ça ne fait qu’empirer lorsqu’on se rend compte que la douce amertume de la veille ne fait que s’intensifier.

Veasna n’est pas le genre d’homme à faire mal. Du moins il ne pensait pas l’être dans un premier temps. Il avait toujours tout fait dans les règles. Il avait toujours aimé sa femme plus que de raison. Et il l’aimait toujours.
Mais Garance était une femme unique. Malgré tout l’amour qu’il lui portait et qu’elle lui offrait, depuis quelques temps, Veasna se sentait rejeté. Parce qu’elle était telle qu’elle était. Et il n’avait jamais reprocher sa sexualité à son épouse. Parce qu’il savait qu’elle ne l’avait pas choisie et, parce qu’il l’aimait plus que tout. Mais, avec son emploi du temps, avec ses envies, Veasna ne s’était plus senti désiré par celle qu’il aimait.

Et ça lui avait fait de la peine.
Il avait ruminé tout ça, essayant de ne pas penser à tout ça. Essayant simplement de ne pas y penser.

Jusqu’à elle.
Cette femme.
Elle était jolie, gentille.
Et surtout, elle s’intéressait à lui.

En rentrant ce matin-là, il se sentait mal. Il commença par une énième douche, le cœur lourd. Puis, il descendit. Non, rien n’allait mieux. Parce qu’il allait lui faire mal. Parce que c’était l’anniversaire de leur fille.
Et même s’il avait décidé de ne rien dire avant la fin de la soirée, voir Garance dans cette cuisine à s’affairer pour l’anniversaire de leur petite fille, son cœur se brisa.

Elle ne lui pardonnerait jamais.

« Je ne sais pas, si tu as fait un gâteau au chocolat, quelque chose de léger ? Orange par exemple ? Sinon nappage au chocolat… Ou alors si tu as de la vanille ou du citron ça peut aussi être une idée. »

Il lui offrit un petit sourire et approcha de l’évier pour faire la vaisselle qui y était entreposer. Il pouvait bien faire ça. Et se concentrer sur la vaisselle l’empêchait de penser à ce qui se passerait ensuite.

avatar
Lashkala
Mignons petits oisillons ♥
avatar :
Fem!France - APH
crédits :
@Baghera

Messages :
28
Points :
65

Voir le profil de l'utilisateur
Lashkala


Lun 16 Avr - 20:53
Message
Hum. Je prends un instant le temps de la réflexion pour méditer les propos de mon époux. Il a tout à fait raison. Rajouter une autre couche de chocolat sur un cœur de cette saveur ne serait pas une bonne idée pour un anniversaire. Il fallait que je tranche avec quelque chose de plus frais, de plus pétillant. Je ne peux empêcher mon sourire de s’élargir alors que je coule un regard vers mon cher et tendre Veasna.

Je prends soin de laver mes mains sous le jet d’eau du robinet, puis de les sécher avant de laisser la paume de ma main glisser sur la joue de mon aimé. Il est tellement attentionné, je n’aurais jamais pu m’imaginer plus heureuse en ménage ! « Merci mon amour, tu as des idées merveilleuses, comme toujours ! » D’aucun dirait que j’apparais peut-être niaise, que j’agis avec mon mari d’une manière ridicule. Je n’en ai cure. C’est peut-être vrai pour les autres, mais pas pour nous. J’aime sincèrement mon homme et je n’ai aucunement l’intention de changer ma démonstration d’affection à cause des autres et de leurs jugements sans fondements. Veasna, lui, au moins, ne me juge pas sur ce que je suis ; il m’a toujours soutenu quoi qu’il arrive.

« Je vais aller chercher des oranges et des citrons ans le cellier, je reviens tout de suite ! » Notre maison est parfaite, et très utilitaire. J’entre dans la pièce sombre, m’empare de quelques oranges et citrons puis referme la porte du placard avec un talon agile avant de revenir vers la cuisine. Je m’assois ensuite à la table, tournant cette fois le dos à Veasna, occupé avec la vaisselle. Première étape : peler les agrumes ! J’entame cette tâche immédiatement, sans perdre un instant de plus. Mais, je pense, comme toute femme qui se respecte, j’apprécie, lorsque cela m’est permis, de discuter pendant ce genre d’activité. Encore plus lorsqu’il est question d’être avec le pilier de mon foyer. « Alors, chéri, dis-moi ! Comment se passe tes journées à la caserne, dernièrement ? » Nous n’avons eu que peu de temps pour nous croiser, récemment…

avatar
Commandant
Veasna S. Samnang
avatar :
Rider • Faite/Zero
crédits :
Baghera

Messages :
13
Points :
26

Voir le profil de l'utilisateur
Commandant


Sam 28 Avr - 0:22
Message
I'm not looking for somebody with some superhuman gifts—————
Un frisson parcourt son corps de part en part. Il ferme les yeux un instant et sent son cœur se serrer. Mais il ne dira rien. Pas maintenant, pas tout de suite. Parce qu’il ne veut rien gâcher. Parce que Kerid a le droit d’avoir un anniversaire du tonnerre sans avoir ses deux parents qui se regardent en chien de faïence.

Mais Veasna ne sait pas faire semblant. Alors, malgré son sourire, le fait qu’il n’ai rien dit, qu’il ne veut rien laisser paraître, Garance se rendra compte à un moment ou à un autre que ça ne va pas fort. Et Veasna sera incapable de lui mentir. Parce qu’il déteste ça. Et que cet échange est surréaliste considérant ce qui va ensuite se passer.

Garance ne lui pardonnera jamais.
Et ça va lui briser le cœur.

Alors Veasna fait la vaisselle. Il n’est pas l’homme le plus doué dans les tâches ménagères mais, il fait toujours de son mieux. Il pose les plats sur l’égouttoir, perdu dans ses pensées. Pourtant il entend la voix de son épouse, il écoute. Mais il n’imprime pas. Il entend la porte du cellier, il l’entend partir et revenir, il l’entend le remercier. Et finalement lui poser une question. Il tente un sourire qu’il sait forcer.

« Bien. Fatigantes, comme d’habitude, mais je forme les nouvelles recrues donc c’est rafraichissant. »

Il éteint finalement l’eau et prend un chiffon pour essuyer la vaisselle.

« Et toi, les filles ? »

avatar
Lashkala
Mignons petits oisillons ♥
avatar :
Fem!France - APH
crédits :
@Baghera

Messages :
28
Points :
65

Voir le profil de l'utilisateur
Lashkala


Ven 11 Mai - 19:46
Message
Je me demande si j’ai fait quelque chose qui aurait pu froisser mon homme, récemment. Il est vrai que je n’ai pas été des plus présentes, dernièrement. Le travail à la maison close me demandant beaucoup d’heures, surtout en ce moment puisque nous recevons de plus en plus de hauts dignitaires et qu’il est de bon augure de savoir les accueillir avec le traitement qui leur est réservé. Mais ce n’est pas une excuse en soit, j’en ai bien conscience. Alors, tandis que je m’affairais aux fioritures du gâteau pour Kerid, je pris soin de répondre aux questions rendues de mon époux. « Elles vont bien et elles font toutes de leur mieux ! Pareil pour mes garçons, d’ailleurs. Tout le monde travaille d’arrache-pied dernièrement, c’est vraiment plaisant ! »

Ma quiétude commence à me quitter doucement et je n’apprécie cela que très peu. Je sais être très probablement en tort mais je n’ai pas envie que nous restions ainsi avec Veasna. Je l’aime tellement… Je ne le supporterais pas. Pas en ce moment précis en tous les cas. Alors, lentement, je me lève de mon office et rejoins la puissante silhouette que j’aime tant, elle-même affairée à s’occuper de la vaisselle devant notre évier.

De mes bras j’entoure son tour avec une tendresse que je ne réserve qu’à lui. Je veux le rassurer. Lui montrer que tout va bien. Que rien ne change entre nous malgré le peu de temps que nous passons ensemble dernièrement. « Mon amour, je suis désolée si je te donne l’impression de te délaisser ces derniers temps. Saches qu’il n’en est rien, au contraire… Et puis je vais tâcher d’être beaucoup plus à la maison pour toi et pour Kerid ! » Je suis en train de former une apprentie tenancière de maison après tout, il faut bien que je commence à la mettre dans le bain.


avatar
Commandant
Veasna S. Samnang
avatar :
Rider • Faite/Zero
crédits :
Baghera

Messages :
13
Points :
26

Voir le profil de l'utilisateur
Commandant


Mar 5 Juin - 20:02
Message
Red as blood and black as night—————
Et ça y était. Le point de non-retour. Veasna observa la tête blonde par-dessus son épaule. Elles s’affaissèrent ensuite, ses mains reposant contre le bord du lavabo. Il détourna son regard, fixant l’assiette qu’il avait encore en main.

Veasna avait mal au cœur.
Mais Veasna ne pouvait pas mentir plus longtemps.

Alors, il reposa l’assiette dans le fond de l’évier délicatement, ferma le robinet d’eau et essuya ses grandes paluches dans le torchon qui était posé sur le repose serviette. Il se tourna vers Garance et glissa ses doigts encore humides entre les mèches blondes. Il profita de ces derniers instants de douceur auquel il n’aurait plus le droit.
Plus jamais.

Il lui vola un baiser. Le dernier avant longtemps. Puis il se défit de son étreinte. Comme s’il ne voulait pas la salir de l’aveux qu’il allait lui faire.
Même si au fond, il l’avait déjà salie..

« Assieds-toi. »

Il prit place sur l’un des tabourets de la cuisine. Et il préférait éviter qu’elle ne s’agite dans tous les sens lorsqu’il avouerait ce qu’il a sur le cœur.

« J’ai à te parler. »

Il déglutit. Il n’essayerait pas de trouver des excuses ou des explications. Bien qu’il fût sûr d’en avoir, s’il cherchait bien.

« Sache avant tout, que je t’aime plus que tout et que, malgré ce que tu vas apprendre, ça n’a pas changer et ça ne changera pas. Jamais. Qu’importe ce que tu décideras de faire de moi. »

Il ne soutenait pas son regard, trop honteux pour voir la déception et la tristesse qui viendrait par la suite dans les yeux de son épouse. Il fixait le sol, jouant avec ses doigts. Il s'en voulait tellement, si seulement il pouvait revenir en arrière...

avatar
Lashkala
Mignons petits oisillons ♥
avatar :
Fem!France - APH
crédits :
@Baghera

Messages :
28
Points :
65

Voir le profil de l'utilisateur
Lashkala


Mer 6 Juin - 22:07
Message
Je sursaute un peu lorsque mon homme se penche pour m’embrasser. Je ne m’y attendais en aucun cas ; mais cela ne signifie pas, pour autant, que je suis désemparée totalement, au contraire. Je profite et me délecte de cet instant, si savoureux. Ses lèvres m’ont toujours plus, depuis la première nuit, le premier soir. Elles ont ce goût si particulier qui me tient toujours en éveil.

Mais l’intrigue se propage tout de même dans mon sang lorsque Veasna me fait reculer jusqu’à la table de notre modeste cuisine et assoir sur l’une des chaises de bois provenant du même ensemble. Il a l’air solennel, presque grave. Qu’est-ce qui peut bien le mettre dans cet état-là ? Aujourd’hui est pourtant un jour de félicitée, je ne comprends pas vraiment. Mais Veasna a toujours eu ce partie de vouloir être irréprochable et sans faute. Tout le temps. Il ne se ménage jamais, sauf quand je l’y force.

Je sens monter la pression – qu’il se met tout seul – d’aveux qui lui apparaissaient terrifiants. D’un sourire en coin, je prends le parti de l’arrêter un peu. Je pense avoir compris. « Mon amour, voyons ! Je crois savoir ce que tu veux me dire mais ne t’inquiètes pas, jamais je ne cesserais jamais de t’aimer pour une si petite chose, enfin ! »

Je me penche un peu vers lui, liant mes mains aux siennes et le baignant dans un regard d’amour, celui que je ne réserve qu’à lui et lui seul ; lui qui a su m'aimer et me comprendre telle que je suis, telle que je serais à jamais. Je fais attention à ce que notre fille ne puisse rien entendre, même si elle venait fureter vers la cuisine. Nous devons être discrets ! « Tu as égaré le cadeau pour Kerid, c’est ça ? » Ce n’est rien. Nous allons trouver une solution.

avatar
Commandant
Veasna S. Samnang
avatar :
Rider • Faite/Zero
crédits :
Baghera

Messages :
13
Points :
26

Voir le profil de l'utilisateur
Commandant


Jeu 21 Juin - 0:25
Message
Introducing me —————
Un poids lui pressait la poitrine. Un poids qu’il détestait avoir mais qu’il aurait supporté quelques heures de plus, pour le bonheur de sa fille et de son épouse. Juste quelques heures pour pouvoir apprécier les moments privilégiés qu’il n’aurait plus ni avec l’une ni avec l’autre.
Parce qu’il connaissait sa fille. Et qu’il allait la décevoir autant que son épouse, si ce n’est plus.
Il était effrayé à l’idée à l’idée de perdre les deux femmes de sa vie ce soir.

Mais il n’avait pas le choix.

Il écouta sa femme lui dire que ce n’était pas grave s’il avait perdu le cadeau de Kerid. Pour la faire taire il sorti un petit écrin de l’une de ses énormes poches, signe que le cadeau était bien là. Un joli collier en or dont le pendentif était son prénom en lettres manuscrites.

Mais ça n’était pas le sujet.

« Garance, laisse-moi parler s’il te plaît. Ce que j’ai à te dire est loin d’être simple. »

Il joint ses mains entre ses jambes, les coudes posés sur ses genoux, le regard bas.

« J’ai fait quelque chose d’horrible et je m’en veux terriblement. Et je t’aime, je ne veux pas te cacher quoi que ce soit. Je ne peux pas le faire. »

Il se passa une main sur le visage et souffla doucement.

« Je t’ai trompée. »

Il ne se chercherait pas d’excuse, aucune ne serait suffisante pour apaiser le cœur de son épouse ou encore le sien. Toutes celles qu’il avait évoqué dans sa tête n’avait aucun intérêt et n’aiderait pas Garance à se sentir mieux.

« Je suis désolé… »

Il l’était sincèrement et ça se ressentait sur tous les pores de sa peau. Mais ça ne serait pas suffisant. Et il le savait.

avatar
Lashkala
Mignons petits oisillons ♥
avatar :
Fem!France - APH
crédits :
@Baghera

Messages :
28
Points :
65

Voir le profil de l'utilisateur
Lashkala


Lun 2 Juil - 23:02
Message
Je ne pensais pas un seul instant à la nouvelle qu’allait m’annoncer Veasna. Après tout, pour moi, il était évident que son air contrit était dû à une perte du cadeau de notre fille. Ou à un oubli de sa part. Il était très doué pour cela mais ceci n’avait jamais été une mauvaise chose. Pas à mes yeux, en tout cas. Peut-être suis-je trop mièvre dans mes pensées le concernant, mais je n’ai jamais pu imaginer Veasna comme étant autrement qu’adorable avec ces petits travers du quotidien qui m’avait aidé plus d’une fois à l’aimer plus fort que la vie elle-même. Il était celui qui m’avait donné le courage de me relever, d’assumer ma maternité. Il m’avait toujours poussé vers l’avant, me mettait sur un piédestal et… j’y avais pris goût.

C’est pour cela que, lorsqu’il a prononcé ces quelques mots, je me suis sentie me figer. Je ne savais plus quoi dire ou quoi penser. Quoi faire, quoi exprimer. C’était comme si toute cohérence avait quitté mon esprit. « …Hein ? » J’ai senti mon onomatopée se tordre sur la fin. Je. Ma gorge est comme serrée. Nouée. Je n’arrive pas à y croire.

« Tu mens… Ce n’est pas drôle. » J’aimerais croire à mes propres propos mais, visiblement, le faciès torturé de mon époux suffit à me conforter dans l’absurdité de mes mots. La douleur comment peu à peu à s’insinuer en moi. Mon cœur bat à tout rompre. Je ne tiens plus en place, il faut que je bouge, que je marche. Que je m’épuise pour ne plus penser. Alors, je fais claquer mes talons sur le sol de notre cuisine, détournant mon regard de lui. Mordillant l’ongle de mon pouce, j’essaie de me rassurer, de trouver une faille à ce qui vient d’être avoué. Il doit forcément y avoir un moyen de contourner tout cela. Forcément. Je l’aime.

avatar
Commandant
Veasna S. Samnang
avatar :
Rider • Faite/Zero
crédits :
Baghera

Messages :
13
Points :
26

Voir le profil de l'utilisateur
Commandant


Ven 13 Juil - 0:22
Message
Si la quieres olvidar, no te enamores. —————
Il y a un panel incroyable d’émotion qui, lorsqu’elles sont ressenties, peuvent à peine changer certains puissants sentiments que l’on porte en nous. Mais lorsqu’on met dans la balance la trahison ou la déception, alors l’amour et l’amitié peuvent en pâtir plus rapidement que ce que l’on pouvait penser.

Garance était sa meilleure amie et la femme de sa vie.
Veasna le savait bien. Et il savait aussi qu’il venait de faire voler leur vie en éclat.

Il ne pouvait pas dire qu’il n’avait pas voulu la tromper : il avait bu mais pas au point d’être complètement ivre.
Il ne pouvait pas dire qu’il n’y était pour rien. Qu’elle devait lui pardonner.
Il ne pouvait pas faire un affront de plus à cette femme si parfaite.

« Je ne mens pas. »

Elle le savait, bien sûr, puisqu’elle s’était levée. Elle avait fui son regard. Elle avait fui la tranquillité. Elle avait besoin de s’activer. Il savait si bien comment elle fonctionnait. Elle allait s’occuper l’esprit pour ne pas penser. Pour ne pas souffrir. Jusqu’à ce que l’inactivité s’impose à elle. Jusqu’à ce qu’elle n’explose. Et il ne pourrait pas la prendre dans ses bras cette fois.

Il savait aussi qu’il allait briser quelque chose avec sa fille. Et ça lui faisait deux fois plus de peine. Perdre les deux femmes de sa vie en si peu de temps pour une bêtise. Une erreur. Une connerie.

« Je suis désolée Garance. Terriblement. Je comprendrais que tu me mettes dehors. »

Il pourrait toujours dormir à la caserne. Ca ferait jaser mais, il se fichait bien de vivre une humiliation quand il avait blesser la femme de sa vie.

Il lui avait brisé le cœur. Mais il avait brisé le sien au passage.

avatar
Lashkala
Mignons petits oisillons ♥
avatar :
Fem!France - APH
crédits :
@Baghera

Messages :
28
Points :
65

Voir le profil de l'utilisateur
Lashkala


Dim 15 Juil - 23:09
Message
J’avais toujours eut, je crois, une idée un peu biaisée, un peu clichée, même, des femmes qui avait connu la tromperie dans les étapes de leurs vies conjugales. Je me disais qu’elles étaient majoritairement femmes qui n communiquaient pas assez avec leurs conjoints – ou conjointes – et que la faute était sans doute en grande partie à ce problème, cet ombrage. Je me disais qu’au fond, les choses étaient ainsi et que rien ne pourrait changer ce qui advient dans un couple, dans une vie telle quelle. Sans doute ma naïveté et mon égocentrisme – appelons un chat un chat – m’aura guidé tout droit vers un mur que, moi aussi, je n’ai pas été capable de voir, d‘apercevoir avant qu’il ne soit trop tard.

Que je me sens stupide !

Je ne peux empêcher des larmes de rouler sur mes joues maquillées, emportant mon khôl, mon mascara et mon ricil dans une rivière sombre et miniature, tranchant sur ma peau claire. C’est une catastrophe. Kerid ne doit pas me voir ainsi. Elle ne doit pa savoir. Les problèmes d’adultes ne la regardent pas. Alors, lorsque j’entends mon mari prononcer quelques mots, je m’agace d’un coup, tentant de balayer ce qu’il vient de dire d’un revers de la main. Comme si cela pouvait arranger les choses. Comme si je pouvais me réveiller de ce cauchemar éveillé. Comme si… Tant de choses dont je ne parviens plus à imaginer ne serait-ce que les contours.

« Tais-toi donc Veasn-… AAAAH ! » L’instant suivant, je m’écroule sur le sol. D’instinct, mes mains viennent se rejoindre sur mon ventre. Non. Non je… Mon bébé ! Je ne sais pas ce qui se trama sous ma peau mais j’ai mal. Et j’ai peur. Désormais, le flots sur mon visage emporte deux significations à la fois. Mais je suis incapable de savoir laquelle je préfère.

Je vois Kerid qui émerge dans la cuisine, apprêté comme une princesse. Je l’entends m’appeler. Maman ! Mais je ne sais plus où donner de la tête. « Mon bébé, mon bébé… » J’ai la tête qui tourne.

avatar
Commandant
Veasna S. Samnang
avatar :
Rider • Faite/Zero
crédits :
Baghera

Messages :
13
Points :
26

Voir le profil de l'utilisateur
Commandant


Sam 18 Aoû - 18:07
Message
Adieu mon Prince navrant, tu es le plus beau mais le plus chiant. —————
Il y a des choses qui n’ont pas besoin de mots pour être comprises. Il y a des situations qui se passent d’explications, de « que se passe-t-il ? ».
Aujourd’hui était l’une de ces journées ou rien ne semble aller. Rien.
Pitoyable, c’est le seul mot qui vient à l’esprit du rouquin lorsqu’il pense à ce qu’il est. Lorsqu’il pense à ce qu’il à fait à son épouse. Sa parfaite épouse. Qui lui a offert tellement de choses positives alors qu’il n’est capable que de la blesser et la décevoir.

Et si seulement ça n’avait pu être que moralement, ce qui était déjà énorme en soi. Mais, Veasna vit son épouse s’effondrer littéralement au sol dans un hurlement. Il fronça les sourcils et se leva d’un bond, renversant presque la table avec son élan. Il ne parvint pas assez vite pour l’empêcher de toucher le sol mais, il s’agenouilla près d’elle.

Lorsque la porte s’ouvrit sur sa fille et qu’elle paniqua, Veasna réfléchi le plus vite possible. Il n’y avait pas d’autre chose à faire qu’aller à l’hôpital.

« Kerid, récupère les clés de la voiture dans ma veste, celle qui est suspendue dans l’entrée. Et mets un mot sur la porte pour ton anniversaire ma chérie, je suis désolé mais je pense que nous allons devoir annuler. »

L’enfant ne se fit pas prier, ayant pertinemment conscience que la santé de sa mère était plus importante que tout. Et puis, elle savait que ses parents se rattraperaient. Elle retourna dans l’entrée alors que Veasna prenait sa femme de la même manière qu’il l’avait portée lors de leur nuit de noce. Il essaya d’être le plus doux et le plus délicat possible.

« Je sais que tu m’en veux mais, je ne te laisserais pas souffrir ici sans rien faire. »

Il ne laissa pas le choix à Garance, l’emmenant sans plus de cérémonie vers le garage. Kerid ouvrit la voiture et laissa son père installer sa mère à l’arrière avant de s’installer près d’elle. Veasna prit place derrière le volant et fonça jusqu’aux urgences de l’hôpital le plus proche.
Il ne laissa pas Garance descendre de la voiture, il s’arrêta devant l’entrée et alla chercher des infirmiers qui prirent la jeune femme en charge immédiatement.

« Suis ta mère, Kerid. Je vais garer la voiture je vous rejoins à l’intérieur. »

avatar
Lashkala
Mignons petits oisillons ♥
avatar :
Fem!France - APH
crédits :
@Baghera

Messages :
28
Points :
65

Voir le profil de l'utilisateur
Lashkala


Dim 19 Aoû - 13:14
Message
Je ne suis pas la plus douillette des femmes, je crois. Ma formatrice à la maison close avait même tendance à m’appeler une « Dure au mal », tant je venais avec n’importe quelle sorte de fièvre ou de douleur au travail, tant que j’accrochais comme une forcenée pour ne rien lâcher, ne rien montrer. Oui, en général je tenais plutôt bien la douleur. Elle ne me couche qu’en de rare occasion. La dernière fit, c’était pour la naissance de Kerid. Je me souviens de ce mal bienfaiteur comme s’il était encore inscrit dans mes chaires.
Puisque c’est le cas.
Oui, je me souviens, c’est exactement la même chose que pour ma fille. Je suis en train d’accoucher. Mais ce n’est pas possible ! Il n’a même pas quatre mois ! Il ne sera jamais viable je… Je ne peux pas accoucher maintenant ! Je ne peux pas ! Je ne veux pas tuer mon enfant ! Je ne veux pas être une mauvaise mère !

Pourtant lorsque Veasna ma parle, me porte, je n’arrive rien à dire ou faire contre ça. Je ne sais même pas où je suis, où nous allons. Je suis obnubilée par cette douleur incommensurable qui me dévore le corps comme le cœur.
Je crois que je perds connaissance avant même que nous arrivions, d’ailleurs. Je n’ai plus aucun souvenir suite à cela. Juste mon réveil, difficile et vaseux. J’ai la tête lourde et le corps de plomb. J’essaie de me mouvoir dans ce carcan de tissu blanc. Ma gorge est sèche. « Hum… »

J’ai mal. Partout. J’essaie de me souvenir de ce qu’il vient de se passer. Il fait encore jour, non ? Alors c’est que tout va bien, non ? Je vais pouvoir rentrer à la maison et serrer mon mari et ma fille dans mes bras et… Ah.
J’ai tellement peur.

avatar
Commandant
Veasna S. Samnang
avatar :
Rider • Faite/Zero
crédits :
Baghera

Messages :
13
Points :
26

Voir le profil de l'utilisateur
Commandant


Dim 19 Aoû - 15:06
Message
Seize the day —————
C’était la panique à bord.
Veasna ne savait pas que Garance était enceinte.
Peut-être aurait-il été un peu moins… idiot s’il l’avait su. Peut-être pas. Il ne savait plus ou il en était mais une chose était sûr : il était responsable.

Un fois la voiture garée, il avait rejoint Kerid. Garance avait été prise en charge en urgence obstétrique ou ils avaient tout fait pour essayer de sauver le bébé, en vain. L’enfant était mort avant même d’avoir pu être viable. Et ces douleurs n’étaient qu’une manière de l’évacuer. Veasna s’en voulait tellement. Une fois Garance hors de danger, le militaire appela la maman d’une amie de sa fille. Il était hors de question qu’elle reste à l’hôpital toute la nuit et, il ne la laisserait pas seule chez eux après ça.

Kerid s’énerva, elle était grande, elle pouvait rester. Mais son père ne céda pas. Elle devrait aller à l’école le lendemain. Parce que c’est comme ça qu’ils fonctionnaient dans cette famille. Alors, il emmena sa fille chez eux, ils préparèrent un sac pour quelques jours, tout au plus, et il l’emmena chez son amie.
Kerid ne l’embrassa même pas, tant elle était en colère.

Veasna remercia la mère et reprit la route vers l’hôpital. Il remonta dans la chambre de son épouse et s’assit à ses côtés, tenant sa main.

Oui, il avait fauté. Et c’était peut-être impardonnable. Mais il aimait Garance plus que de raison et il refusait de la laisser seule dans cet état. Alors, il tiendrait sa main et ne la lâcherait qu’à l’instant même où elle le lui demanderait.
Quand elle rouvrit les yeux, seulement une heure s’était passée. La soirée était pourtant déjà bien entamée mais, l’été sauvait quelques heures de soleil bénéfique.
Lorsqu’il entend sa voix éraillée, il lui sert un verre d’eau et lui tend.
Mais il ne dit rien.
« Comment tu te sens ? » ; Mal
« Je suis désolé. » ; Pas le moment
« Je suis heureux que tu ailles bien. » ; Merci pour l’enfant.

Non, rien n’était suffisamment bien pour l’accueillir. Alors il se contenta de rester près d’elle sans un mot, le temps qu’elle émerge doucement.

avatar
Lashkala
Mignons petits oisillons ♥
avatar :
Fem!France - APH
crédits :
@Baghera

Messages :
28
Points :
65

Voir le profil de l'utilisateur
Lashkala


Lun 20 Aoû - 15:11
Message
J’ai l’impression que quelqu’un martèle mon crâne avec un rouleau-compresseur. J’ai mal dans tout le corps et à mesure que j’émerge de cette brume, je me souviens.

Veasna m’a dit qu’il avait eu une aventure. Ce qui veut dire ce que ça veut dire, je ne lui conviens plus. J’essaie d’encaisser comme je le peux, n’y arrivant que peu. Je n’aurais jamais cru cela de lui. Mais peu importe, au fond… Et puis.

« MON BEBE ! » D’un geste vif, j’arrachai ma main à l’étreinte de celles de Veasna et soulève le drap qui me recouvre. Mon ventre est là. Plat. Creux. Vide. Je peux le sentir maintenant. J’ai l’impression d’avoir un trou béant à la place de mon utérus. Je sens mes yeux se gorger de larmes et ne cherche même pas à lutter pour les retenir.

Et pourtant…. Pourtant une part de moi veut toujours y croire. Je n’ai pas vu ce petit être que j’aimais tant mourir. Je n’ai rien vu. Je… Peut-être que je me trompe ! Oui, ce doit forcément être ça. Je me trompe, voilà. Veasna saura me dire ce qu’il en est.

Je me tourne vers lui, agenouillée dans ce lit. « Où est-il ? Où est-ce qu’il l’on emmené ?! Où est mon bébé ? » Je veux savoir. Pas pitié je veux savoir.

Contenu sponsorisé


Message
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Perte des points en dextérité après Up
» Comment avouer une vérité pareille?
» Une punition méritée, vraiment? [Jane]
» Célérité
» Un repos bien mérité [NEUTRE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Alkar :: Lashkala :: Vénéris :: Habitations-
Sauter vers: